• Vous êtes émue lors d'un accouchement ?

    Les couples me demandent parfois si je suis émue lors des accouchements... Etant une #MéchanteSF froide et insensible je pourrais facilement répondre NON et puis basta. Mais néanmoins, j'aimerais y apporter quelques nuances.

    D'abord, je vais parler uniquement du cas où je suis l'interlocuteur principal du couple, comprendre sans étudiant. L'étudiant, bien que parfois mignon, biaise clairement ma relation. En sa présence mon objectif est d'intervenir le moins possible afin qu'il acquiert une position de soignant et qu'il se confronte aux durs réalités d'un triste monde tragique. La patiente pourra alors écrire sur les forums que la sage-femme n'était pas très présente mais qu'heureusement, il y avait un étudiant (!!).

    Ce point éclaircit alors, non, je ne suis pas émue dans le sens "oh c'est merveilleux, un nouvel être qui entre dans le monde", ça c'est le rôle des parents. Ce n'est pas mon enfant. Néanmoins, plus le temps passe, plus je prends une certaine assurance et je peux prendre un peu plus le temps de voir autre chose que la technique pure et simple, les autres patientes qui m'attendent douze salles plus loin et la relève qui arrive alors que je suis à la bourre.

    Un accouchement, c'est toujours un investissement personnel important. On y va en annonçant à tout le monde "ayé, j'y vais !". C'est aussi une source de stress sachant qu'on est loin de maîtriser tous les éléments de l'équation (comment la présentation va descendre, que va faire le rythme cardiaque foetal, le périnée sera-t-il doux et moelleux etc...). Les responsabilités sont importantes, les conséquences d'une erreur que je pourrais faire également. Du coup, l'émotion de la vie qui nait, euh... Mais par contre l'émotion tout court, surement. Il y a donc ce stress, la gymnastique intellectuelle, la situation médicale qui fait que sur le moment je peux être très concentrée et à la fin très heureuse. Heureuse si j'ai l'impression d'avoir fait du bon travail. C'est en effet très satisfaisant d'un point de vue professionnel d'avoir participé à un événement personnel important pour le couple et d'en avoir fait quelque chose de propre. Oui propre, sans éclaboussure sur le sol, sans ouverture de 36 000 boites stériles, sans refaire une table de réanimation. Moins on utilise de matériel, plus les aides soignantes ou ASH seront heureuses mais surtout, plus l'accouchement aura été soft.
    Alors oui, dans ce cas, je pourrais prendre le temps d'être un peu émue d'avoir fait ce que je pense être du bon travail.

    D'autres fois, ça ne se passe pas ainsi. C'est plus rare, j'essaie de l'éviter au maximum, parfois contre vents et marées et là, ne venez pas me demander si je suis émue de la vie naissante.

    Et encore d'autres fois les situations sont tellement catastrophiques de base qu'on a juste comme objectif de survivre à la journée.

    Dans le métier de sage-femme on est au centre de plein d'émotions pouvant nous assaillir. On y fait face, on les combat parfois et parfois moins. "Et vous, vous êtes émue lors d'un accouchement ?" surement pas de la même manière que vous, les parents. Mais on a certainement le coeur qui bat un peu plus vite.


  • Commentaires

    1
    Dimanche 19 Mai 2013 à 17:38

    Elle est marrante cette question. J'aime bien ta réponse.

    Moi, il ne faut jamais que j'assiste à un accouchement. J'en ai vu trois et trois fois ça s'est mal passé. Dont un m'a profondément touché.

    J'aurai jamais pu faire ton métier.

     

    2
    Knackie Profil de Knackie
    Dimanche 19 Mai 2013 à 17:55

    Merci de ton commentaire.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :