• Un monde sans sage-femme

     

    Le 5 mai célèbre la Journée Internationale de la Sage-femme. Partout dans le monde, des femmes deviennent mères, des enfants naissent. Leur santé nous tient à coeur, de même que leur bien-être émotionnel. Partout dans le monde, les conditions entourant cet événement peuvent être difficiles, chacune à leur échelle.

    L'International Confederation of Midwives souligne le rôle essentiel des sages-femmes auprès des femmes
    Pour appuyer l'appel de l'ICM, dix bloggeuses et blogueurs sages-femmes ont imaginé un monde où leur profession n'existerait pas...

     

    Je pourrai vous la faire version apocalyptique, du sang, des morts, de la haine et du désespoir. Mais je vais rester simple. Factuelle. Il y a plein de systèmes de soins où les sages-femmes existent peu, voire pas du tout.

     

    Sans sage-femme, une femme enceinte fera suivre sa grossesse par un médecin. Gynécologue ou généraliste. Elle se préparera à la naissance et à la parentalité, quand même. Avec d’autres gravides elles se réuniront sur des ballons pour parler de leurs espérances dans une grande salle de la maternité où elles se seront inscrites.

    Là, une infirmière ou une auxiliaire de puériculture exposera les diverses modalités de l’institution. Quand venir, comment se passera l’accueil. On donnera des informations sur l’agencement des chambres, l’heure des visites mais aussi, le suivi en salle de travail, quelles perfusions, quelle analgésie etc…

    Puis, la femme enceinte se mettra à contracter. Accueillie par l’infirmière d’accueil des urgences, prise en charge par une infirmière obstétricale. Cette dernière aura le droit d’effectuer un toucher vaginal et de diagnostiquer la mise en travail. Une fois en salle de naissance, la patiente sera monitorée, le fœtus également et on retranscrira tout cela sur un écran dans la salle de soins où le médecin responsable de la salle pourra les étudier. Les examens vaginaux seront effectués par l’infirmière. Si le travail stagne, le rythme cardiaque faiblit ou autres problèmes, cette dernière en réfèrera au médecin responsable de la salle qui ajustera les prescriptions. D’ailleurs, à dilatation complète on l’appellera pour assister l’accouchement. Il suturera au besoin. Révisera au besoin.

    Le nouveau-né sera confié au pédiatre pour qu’il effectue son premier examen.

    Puis, la patiente sera transférée en suites de couches. Les infirmières , aides-soignantes et auxiliaires de puériculture passeront plusieurs fois, constantes, soins de cicatrice, mise en place de l’allaitement. Le médecin fera sa visite une fois par jour. Autorisera la sortie et rédigera les ordonnances. La visite post-natale sera assurée par le médecin ayant suivi la grossesse.

    Pour la rééducation périnéale, il y aura le kiné. Pour le suivi pédiatrique classique, le pédiatre ou le généraliste. Pour l’allaitement, le pédiatre ou le généraliste. Puis, la vie gynécologique de la mère reprendra et elle reverra son gynécologue ou son généraliste pour sa contraception, ses frottis etc…

     

    Un monde sans sage-femme est parfaitement possible. Mais cependant en France, elles existent. Ce sont des professionnels médicaux exerçant en toute indépendance. Leur compétence est large autour du suivi gynécologique de prévention et de la prise en charge de la grossesse, de l’accouchement et du post-partum. Dans le texte ci-dessus, selon le système périnatalité français, vous pouvez remplacer médecin (généraliste, gynécologue ou pédiatre) par sage-femme à chaque fois. Vous pouvez également remplacer infirmière ou kiné par sage-femme. Un seul professionnel pour tout un tas de situations. On tient là la vraie particularité de la sage-femme : elle n’en a aucune propre si ce n'est la connaissance de la femme, de sa patiente et de sa physiologie. Elle exerce son métier de manière transversale: obstétrique, pédiatrie, urgences, anesthésie… avec au centre la femme, sa famille et sa santé.
     

    Au sein de l’exercice médical, sage-femme est une des rares spécialités où le patient est au centre, dans son tout, et non morcellé en différents organes. Alors oui, ils ou elles sont remplaçables… mais… ça ne serait pas un petit peu dommage ?

    Le 5 mai, journée internationale de la sage-femme. Brève occasion pour promouvoir ce métier particulier, parfois raillé (check Odile) et je l’espère, aux compétences souvent appréciées.

     

     

    Laissez-vous guider par les mondes sans sage-femme de :
    10lunes : http://10lunes.canalblog.com/
    Ella : http://ellaetvalentin.blogspot.fr/
    Bruit de Pinard : http://bruitsdepinard.canalblog.com/
    Miss Cigogne : http://misscigogne.overblog.com/
    Marjeasu : http://marjeasu.blogspot.fr/ 
    Ellis Lynen : http://ellis-lynen.over-blog.com/
    NiSorcièreNiFée : http://nisorcierenifee.wordpress.com/
    SophieSageFemme : http://liberteegalitematernite.com/
    Jimmy Taksenhit : http://orcrawn.fr/

     

    EDIT: Vidéo créée par les étudiants sages-femmes de Toulouse reprennant les compétences du métier, spécialement pour l'occasion


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :