• Militer et manifester

     

    Un bref échange twiterral avec mon éminente consoeur 10lunes m'a donné envie d'une petite réflexion sur le militantisme, c'est quoi donc ? Au passage merci, j'avais envie de mettre le blog à jour.

    C’est peut être passé inaperçu à vos yeux, ou pas, mais hier, 4 octobre c’était la grande manifestation des sages-femmes en colère. En gros, on veut pouvoir faire notre job comme c’est écrit dans notre Code de Déontologie (inscrit au Code de la Santé Publique), vivre de notre métier et plein de bonnes choses pour vous, les femmes. Je ne vais pas m’attarder dessus, 10 lunes le fait très bien dans plein de ses billets, moi je me plains assez ici sur tout ce qui ne va pas etc… 2000 personnes ont défilé à Paris, 10% des sages-femmes en France. Pas si mal sachant qu’une manifestation à Paris c’est chiant, provinciaux que nous sommes.

    Je ne vous le cache pas, je reste très très très dubitative sur l’efficacité des manifestions. Surtout lorsque la population totale des gens hargneux est au maximum de 20 000. Quand bien même nous serions 20 000, ça ne pèse pas bien lourd sur l’asphalte. Remémorez-vous donc les retraites, des centaines de milliers de personnes dans toute la France et une loi promulguée quand même.

    Alors, je me dis qu’il faut trouver d’autres moyens plus qualitatifs, comme entretenir des relations privilégiées avec les gens qui ont du poids, comme faire des actions qui embêtent vraiment… et oui, je n’ai jamais dit que c’était facile.

    Mais, là n’est pas totalement le sujet. Le sujet c’est le militantisme. C’est vaste, il y en a plusieurs et je n’ai jamais vraiment été du genre gueulard. Puis se battre c’est fatiguant, se battre pour sa profession également, il y a tellement de choses importantes à part le travail. Et puis faut dire, on me discrimine beaucoup, moi Knackie.

    Déjà, de part mon état de femme (plafond de verre, sexisme primaire, menstruation alors qu’on a prévu un week-end plage…), ensuite de part ma condition de femme qui parfois, cachée dans le noir d’une éclipse totale de Soleil je vous rassure, fait des bisous à mon Interne femelle ( on peut dire ce qu’on veut mais je fais partie de ces citoyens qui n’ont pas les mêmes droits que tout à chacun, mon couple au niveau législatif n’est pas l’égal de Ken et Barbie et ma famille serait bien moins protégée, sans compter plein d’autres petits trucs désagréables au quotidien), enfin, je suis sage-femme , ai-je vraiment besoin de revenir sur tous les bâtons dans les roues qu’on met aux sages-femmes qui veulent simplement exercer la profession pour laquelle elles sont formées ?
    Alors oui, vous vous dites que je pourrais faire un effort, je pourrais au moins rentrer dans le moule pour une chose, mais non, je n’ai pas envie de changer de sexe, même si c’est (encore) remboursé par la Sécu, c’est compliqué.

    Alors au quotidien je milite, j’existe. Je milite en faisant des études, en travaillant et en ne vivant pas uniquement au travers d’un beau et hypothétique mari. Je milite en marchant simplement dans la rue avec mon Interne, c’est bête hein, mais rien que ça, parfois c’est un effort. Et je milite en étant une sage-femme indépendante, qui prend ses responsabilités, qui ne court pas après n’importe quel interne pour prescrire du paracétamol, en prenant le temps d’expliquer à mes collègues des autres professions de santé ce que je fais, ce que je peux faire, quand je ne peux plus. Je ne suis pas une auxiliaire, je ne suis pas une assistée, je travaille en collaboration, nous travaillons ensemble, et j’ai parfois l’impression que ce n’est pas la façon de penser de tout le monde (sages-femmes, médecins ou autres).

    Est-ce que la rue est plus importante que ça ? Certainement pas. On ne change pas le monde en un jour en criant très fort. Changer le monde c’est déjà changer le sien, son environnement, et j’attache plus d’importance à ça. Alors oui, manifester, ça peut servir, au moins pour dire qu’on existe mais, et c’est mon avis personnel, ce sont les actions de l’ombre, les actions plus réfléchies, qui donnent de meilleures résultats… surtout à 20 000 et dans un pays où on ne prend pas les armes (réelles avec des balles) contre les puissants. Par contre, si on veut des armes moderne, allons voir du côté économique et pas forcément en se dévalorisant du genre « on coute moins cher une consultation de grossesse c’est 19 euros ». La consultation à 19 euros c’est une honte.

    Vous l’avez donc deviné, je n’ai pas participé à la manifestation du 4 octobre. Pas le temps sur un jour. Et puis peut-être qu’il y a d’autres combats qui me tiennent plus à cœur. Je ne sais pas. En tout cas j’ai envie de vivre en paix et la lutte, le combat, si on le prend trop à cœur, ça pourri la vie.

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 10 Octobre 2011 à 23:31

    C 'est bien le net... on commence une discussion sur un blog, oncontinue en 140 signes sur twitter (tu parles d'un débat argumenté...) et on la poursuit ici. J'arrive par hasard, ne sachant pas que tu avais écrit ce billet et je m'empresse de te répondre que oui tu as raison mais que en fait non...

    Oui, les combats quotidiens sont primordiaux. Assumer ses idées, ses choix, ne pas se compromettre, ne pas céder à la facilité, chercher chaque jour à prouver, à convaincre, garder toujours la tête haute...Mais je fais cela depuis pas mal d'années, d'autres l'ont fait bien avant moi et que rien ou si peu ne change.

    Oui descendre dans la rue ne sert à rien. La rencontre au miniitère est un non événement  (je résume, ce qui était déjà promis l'est toujours, ce qui ne l'est pas encore ne peut pas l'être et d'aileurs c'est pas eux qui décident..)

    Mais SI ça sert quand même !!!! à nous faire connaitre d'abord et là le pari est gagné : la profession est devenue visible et cette visibilité nous est essentielle pour exister en toute autonomie. A nous rebooster ensuite en voyant que nous sommes nombreux à porter le même étendard... et enfin tres bêtement, tres égoistement, à soutenir le travail de fourmi que certains font au quotidien pour peser sur le devenir de la périnatalité.. les militants actifs, ceux dont je fais partie, ceux qui passent leurs journées, leurs soirées et leurs week end à combattre quand ils ne travaillent pas (en tentant de garder un petit bout de vie perso !)

    Voilà pourquoi, le prochain qui me reprochera de ne pas parvenir à le défendre, celui qui m'affirmera c'est pas juste, celui qui pestera contre les syndicats qui ne font rien, les asso qui radotent... et qui n'aura pas été sur le pavé parisien ce 4 octobre.. il aura intéret à avoir une bonne raison... parce que 2 manifs en un an quand le dernier appel général datait de 2001... J e pense que ce n'est pas abuser de la bonne volonté de notre profession !  Sii nous avions une baguette magique, cela fait longtemps que tout serait réglé mais faute de bonne fée, oui faut se bouger et montrer une proefession UNIE et mobilisée...

    sinon, je rends mon tablier !

     

    2
    Knackie Profil de Knackie
    Mardi 11 Octobre 2011 à 00:22

    Je ne suis pas contre les manifs, ce n'est pas contre productif... c'est juste que ça ne sert à rien objectivement, et dans ce contexte ça me ferait vraiment mal de me taper des heures et des heures de transport entre deux gardes pour rien. Alors oui le moral toussa toussa... j'imagine bien le casse-tête que ce soit dans les asso ou dans les syndicats et que ça doit faire plaisir de voir du monde défiler mais ça reste de la poudre aux yeux. Ensuite, j'ai forcément un rôle plutôt ingrat de raleuse, voire de raleuse qui n'en fout pas une, mais, il en faut un peu aussi non? Dans le sens où ce n'est pas parce qu'on n'a pas de pancarte greffée dans le bras qu'on n'est pas légitime pour analyser et commenter ce qui se passe.

    Ensuite si on me demande un appui pour une action qui sert vraiment à quelque chose, c'est à dire qui a vraiment un effet visible sur "l'avancée de la cause", pas de soucis.

    Et pour finir sur une note agaçante, je suis bien contente de pouvoir prescrire une contraception à tout age de la vie , de jouer au gynéco med mais... c'est quand que je pourrais prescrire de l'ibuprofène à "mes" accouchées?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :