• Les chirurgiens

    Je n'aime pas le bloc opératoire. Je m'y sens gauche, il fait froid et puis faut dire, si t'es pas en stérile c'est chiant à mourir. Ce n'est pas pour autant que je n'aime pas les chirurgiens, mais bon, faut être honnête, on ne vit pas dans le même monde.

    Le chirurgien c'est le chaînon manquant entre l'autiste et l'homme communiquant, tout du moins lorsqu'il est au bloc. Parce que le chirurgien qui opère n'est pas vraiment quelqu'un de "normal". Déjà il ne parle pas de ce qu'il fait, si ce n'est pour partir dans une tirade dramatique sur l'incompétence des gens qui gravitent autour de lui. Lorsqu'il opère le chirurgien ne demande pas une kelly courbe, il tend la main. Sinon ce serait trop simple. Du coup, le chirurgien déteste le changement. Si par malheur on lui renouvelle son IBODE un frisson le parcours dans tout son corps musclé, il a peur, peut-être qu'il devra... par-ler !

    En tant qu'étudiant sage-femme, on a plusieurs fois l'occasion de mettre les pieds dans des blocs opératoires parfois loin de l'obstétrique. C'est ainsi que j'ai passé 3 semaines dans un bloc en clinique. Bloc en clinique ça veut dire un espace, plusieurs salles, plusieurs spécialités, pas d'externe, pas d'interne, pas d'anesthesiste (ou si peu ^^). Du coup, ça laisse de la place autour du patient.

    Lorsque je suis arrivée on m'a dit d'emblée ça c'est LA salle des orthopédistes. On sentait l'angoisse dans la voix. Double sas, le ménage fait à fond, on mes les a présenté comme des maniaques de l'hygiène... faudrait pas mettre un staph' sur leur PTH. Bref, j'ai vite compris que je n'aurais jamais le droit d'entrer dans leur antre. Je ne verrais pas comment on visse une tête fémorale. Tant pis. On m'a emmené alors en urologie. C'était un vieux chirurgien qui opérait. Son boulot c'était de faire tourner la clinique en enlevant des prostates. Il en faisait deux à trois la plupart des jours de la semaine. L'intervention était bien rôdée, bien rentable. Il ouvrait le ventre, mettait tout plein de fils comme dans un piano et zoup. Au bout de la 5ème prostate retirée, j'avais eu ma dose.

    Je suis allée en gynécologie voir des "cure de prolapsus". Sur mon tabouret je regardais l'intervention coelioscopique sur l'écran. Au moins là je voyais aussi bien que le chirurgien et l'IBODE. Et on met la bandelette sur le promontoire blablabla blablabla, au bout de la 5ème j'arrivais à voir les différents temps opératoire et quand on était proche de l'heure d'aller manger.

    Et puis il y avait les "phimosis" Plusieurs par matinée, c'est fou... Pauvre sécu...

    Lorsque je voyais les vasculaires, je me cachais. Il y avait un chirurgien très méchant, son travail c'était d'enlever des varices... il devait être aigri car dans son bloc, c'était 10 minutes d'opération, 10 minutes de blagues douteuses mélées à des insultes. Joie.Des fois, j'allais voir les anesthésistes.

    Et puis un jour, le dernier, j'ai pu m'habiller. C'était sur une ablation d'un rein qui devait faire le triple du poids normal, tout rempli de tumeur dégueu. L'intervention a duré plus de 4 heures dont les trois quart à retirer les adhérences.  Pour le coup, j'avais chaud. Je tenais tantôt l'aspiration, tantôt les écarteurs. Les 4h sont finalement passées assez vite. Je suis partie en retard. J'avais 1h de transport en commun. Mais ce n'était pas très grave.

    Dans les services, les chirurgiens sont facilement reconnaissables: ils relèvent le col de leur blouse et passent vite dans les couloirs de peur qu'on leur pose des questions médicales.

     

    Nous en obstétrique on travaille avec des transfuges. Les gynécologues obstétriciens sont moitié médecin, moitié chirurgien et la répartition n'est pas forcément égale. Mais le gynéco est bien chirurgien lorsqu'il impose la même chanson en boucle dans le bloc pendant l'intervention. J'ai évidemment fait un stage dans le bloc obstétrical côté "chirurgie". On ne peut pas dire que la joie et le bonheur me submergeaient. Une fois je me suis même faite engueuler parce que habillée sur une césarienne, je ne touchais pas assez de choses... ben oui mais lorsqu'il y a un chir, un interne, un interne et moi avec un intérêt relatif faut dire euh... Du coup je me suis mise à jeter tous les champs un peu imbibés de sang en temps réel, le chir était content. Monomaniaque vous dis-je.


  • Commentaires

    1
    ambre15
    Mercredi 30 Mai 2012 à 17:45

    j'ai testé l'ortho côté patient l'autre jour... j'imagine au bloc... sinon j'ai jamais été dans un bloc autre que gynéco-obstétrical... le pire? une plastie abdo! l'odeur surtout ;) (et le malaise en pleine césarienne, heureusement j'ai évité la table stérile - l'honneur était sauf!)

     

    2
    maudesf
    Dimanche 3 Juin 2012 à 23:35

    3 semaines prévues au bloc l an prochain... pas envie !

    3
    Patient 007
    Dimanche 2 Décembre 2012 à 16:31

    Je suppose que les "phimosis" entre guillemets, traités à la chaîne, ce sont des circoncisions rituelles que l'on fait passer pour des phimosis afin qu'il y ait une vraie opération dans de bonnes conditions, avec remboursement par la Sécu?

    (Pour la petite histoire, j'ai subi une posthectomie pour cause de phimosis alors que j'avais environ 6 ans et je me suis toujours demandé si l'on aurait pu m'épargner cela...)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :