• Les gens se creusent souvent la tête quand on leur annonce fièrement ce qu’on va faire dans la vie.
    Bah oui, pourquoi faire ça ? Faut s’occuper des malades, voir toute la journée des trucs peu ragoûtants, gérer la pression récemment médiatisée de l’erreur, faire des piqûres, des pansements, des prises de sang avec du sang dedans, voir des morts, les horaires sont pourris, la reconnaissance est quasi absente, le salaire est risible, les blouses ne sont vraiment pas sexy….

    « Moi, je pourrais pas faire ça ». Ya bien plus de gens qui me disent ça que de gens qui me disent que c’est le rêve de leur vie.
    Et quand on voit une promo de futurs infirmiers, le questionnement s’intensifie : ya des « élèves », qui ont la trentaine, voire la quarantaine, et qui ont laissé leur boulot et leur salaire d’informaticien pour faire des piqûres ! Pourquoi ?

    Tiens, moi qui cherche un sujet de mémoire, ça pourrait en faire un superbe : « Les infirmières sont-elles sado-masochistes ? ». « Le travail de l’infirmière, activité occupationnelle ou thérapeutique ? »….

    La durée moyenne d’exercice d’une infirmière est d’une quinzaine d’années. Après, elles font autre chose, elles sont fatiguées. En service, j’ai vu plein d’infirmières qui me racontaient des étoiles dans les yeux que bientôt, elles allaient arrêter. Ca m’a fait peur : est-ce qu’un jour moi aussi je me lèverai à 5h du mat’ juste parce qu’il faut bien gagner sa vie ?

    Alors pourquoi tant de jeunes filles (et d’hommes, les pauvres quand on y pense) se lancent là-dedans, tout en sachant pertinemment qu’elles (ou ils) vont souffrir ?

    Parce que je n’ai fait que vous énumérer les mauvais côtés. Oui, ça vaut le coup. Parce que c’est génial de voir plein de gens, de prendre soin d’eux, de rencontrer les patients, les familles. Parce qu’on apprend tout plein de choses, qu’on voit des trucs incroyables et qu’on a toujours quelque chose d’intéressant à raconter en rentrant le soir. Parce qu’on est un peu sadique, aussi, avec nos aiguilles (on a pas totalement résolu notre complexe d’Œdipe, nous autres), qu’à nos yeux il n’y a rien de plus joli qu’un pansement bien fait, qu’on est fière quand on réussit une intra-artérielle (ben moi en tout cas, ça me fait la soirée voire le WE). Parce que le travail en équipe, ça a ses désavantages mais que des fois, quand même, on rigole bien. Parce qu’on a un humour bien à nous (à y réfléchir d’ailleurs, mon humour je le trouve de plus en plus atroce…). Parce que ya des médecins qui sont beaux quand même avec leur blouse blanche (soupir) ^^. Parce qu'il y a toujours plein de choses à faire, et que si on a fini, on peut toujours aller discuter avec les patients. Parce que quand on rentre à la maison on a l’impression d’avoir servi à quelque chose.
    Oui, j'ai peut-être un côté masochiste. Peut être un petit côté sadique aussi. Mais j'assume, je persiste et signe: Infirmière, c'est quand même chouette.

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique