• L'obstétrique, c'est quoi ?

    L'obstétrique est une spécialité médicale s'intéressant à la grossesse et l'accouchement, et puis... un peu du post-partum quand même.

    L'obstétrique, c'est vachement cool. En général, c'est un peu la cinquième roue de secours du carosse. On s'intéresse peut à elle, par contre, dès qu'on reçoit un ventre rond, le commun des mortels prend peur et botte en... obstétrique. La patiente peut être en insuffisance rénale sévère, en glagow - 3, en crise drépanocytaire cognée, on s'en fout, si elle est enceinte, alors on n'y connait rien et on l'envoie en OBSTETRIQUE. J'exagère... mais pour le coup vraiment à peine.

    L'obstétrique, vous savez, vous étudiants en santé, c'est le petit paragraphe à la fin de votre cours sur un élément lambda du corps humain. Et par expérience, je peux vous dire que lorsqu'on est étudiant sage-femme, qu'on se tape des heures de  cours sur les insuffisances cardiaques, pulmonaires, rénales, les affections occulaires et autres dermatoses pour n'avoir à la fin qu'un quart d'heure et une diapo power point intitulée "cas particulier de la grossesse" parce que l'intervenant n'y connait pas grand chose en femmes enceintes, ça fout les boules.

    L'obstétrique ce sont des femmes jeunes et leur mécanique biologique fait tout un tas de choses bizarres. L'obstétrique c'est une dimension parallèle de la physiologie humaine. Tout un champ neuf à explorer.

    A mon niveau d'expertise, la physiologie, c'est bien intéressant. Rien que sur une femme jeune et en bonne santé il se passe déjà plein de choses. A accompagner, vérifier, dépister ou manipuler. Pendant le travail c'est aussi beaucoup d'animation. Je travaille dans une maternité qui draine du monde et de la pathologie, alors ne m'en veuillez pas si je parle beaucoup de ce que je connais. Donc, de l'animation parce que l'obstétrique est imprévisible. Certaines personnes n'aiment pas ça. On m'a déjà dit "oh mais... comment vous faites pour vous organiser si vous pouvez recevoir plein d'entrées n'importe quand et n'importe comment ?" Hum... On nous a déjà dit "non mais dites nous donc le nombre d'accouchements/jour pour que j'organise le tour de la laverie/stérilisation des boites etc...." C'est tellement mal connaitre l'obstétrique.

    L'obstétrique c'est lorsque tu dis à la patiente que son col est ouvert à 3 cm, que tu te retournes, que tu reviens une demi-second plus tard et que tu aperçois la tête de l'enfant à la vulve. L'obstétrique c'est tout qui va bien et une seconde après tout va mal. Tu dois alors réfléchir au plus vite, poser un diagnostic, élaborer une conduite à tenir qui peut amener à un accouchement en urgence, en décider de son mode (voie haute ? voie basse ?). C'est alors, l'obstétricien, un médecin, qui a le dernier mot... mais il se base beaucoup beaucoup beaucoup sur la sage-femme qui est en première ligne, qui n'aura pas attendu pour faire un examen clinique, un examen para-clinique, ou même mettre une sonde urinaire en prévision d'une césarienne dont l'indication n'est pas encore posée de manière formelle.

    L'obstétrique c'est regarder une situation potentiellement pathologique, des anomalies de rythme cardiaque foetal et NE RIEN FAIRE. Ne rien faire parce que l'accouchement se présente bien, que tout se passait bien avant et qu'on a le temps... un peu de temps... mais pas trop. C'est faire confiance en sa patiente et en ses propres capacités professionnelles, juger de ces élements pour dire que la naissance pourra se faire avec la moindre intervention possible. Car 8 minutes de "bradycardie" foetale à 70 battements par minutes avec une variabilité conservée et bien ce n'est pas 12, ce n'est pas 15, ce n'est pas un rythme plat. Dans un cas, l'enfant ira bien, dans l'autre pas vraiment. Il faut savoir s'il pourra naître avant un certain temps fatidique pour éviter d'être iatrogène et si on décide que ce sera trop long, là, appeler, demander l'aide de Dieu... ou de l'obstétricien qui lui aussi doit assurer dans son domaine d'expertise, la pathologie.

    L'obstétrique ce sont des situations formidables, de la primipare en sarouel tenant la main moite de son jeune compagnon à bouc tous deux impatients de construire leur famille, à la femme ayant rompue la poche des eaux bien trop tôt, qu'on a suivi durant quasiment toute sa grossesse et qui accouche presque à terme d'un enfant allant bien. Des situations formidables juxtaposées à de tragiques tragédies.

    L'obstétrique c'est un peu ce papa qui me demande: "et vous faites ça tous les jours ?"

     


  • Commentaires

    1
    Strega
    Vendredi 21 Juin 2013 à 15:14

    "tu dis à la patiente que son col est ouvert à 3 cm, que tu te retournes, que tu reviens une demi-second plus tard et que tu aperçois la tête de l'enfant à la vulve"

     

    Ah ah, c'est presque ce que j'ai vécu (primipare). Sauf que c'était à 6 cm et une contraction (et rupture de poche des eaux) plus tard. Et ce grand moment quand, debout, les pieds dans le liquide amniotique je dis à la SF "ça pousse" et qu'elle me dit "et bien poussez"... pourtant aucune perf posée, on était en salle de travail et pas d'accouchement (toutes libres mais je venais d'arriver), mais pas de panique. C'est à ce moment que j'ai compris que j'étais en de bonnes mains. Franchement, sa réaction calme a été déterminante pour le bon déroulement de la suite, j'en suis convaincue.

    Merci aux SF ! C'était pour accoucher avec une SF et pas un gyn-obst que j'ai choisi le CHU, j'ai pas regretté une seconde (enfin la suite de couches pas top, enfin si étudiante SF au top mais conseils d'allaitement trop variés et confus).

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :