• Extrait de garde

    Quelques semaines en salle de naissance et j'ai déjà vu/fait plus de choses qu'en 4 ans d'école de sage-femme. Pour le coup, c'est enrichissant. Mais c'est aussi lourd, de responsabilité, de gravité et d'émotion. Avant j'avais plutôt l'impression de servir uniquement à libérer des lits, je peux maintenant me sentir un peu utile à la fin de ma journée.

    La grande inconnue se fait pourtant toujours attendre, la physiologie. Je la cherche avec un désespoir désespérant. Alors oui, au milieu des situations les plus hubuesques les unes que les autres, il y en a, des accouchements normaux, sans rien, bon Dieu que c'est reposant. On les oublierait presque, il font partie de la pause café. Une petite bouffée d'air frais pour oublier les autres responsabilités, comme ma première Interruption Médicale de Grossesse en tant que diplômée.

    Oh, j'avais suivi quelques IMG lorsque j'étais étudiante, mais être LA sage-femme revêt quelque chose de différent outre tous les papiers, les prélèvements que si tu te trompes c'est la catastrophe.
    C'était une IMG pour un syndrome polymalformatif à un terme peu avancé. Ca a duré une bonne partie de la garde. J'ai donné les comprimés de cytotec pour démarrer les contractions utérines. Ce n'était pas la première fois mais je prenais vraiment conscience que voilà, il y allait avoir des contractions, qu'à ce terme le foetus n'allait pas les supporter, et qu'il n'y aurait plus d'activté cardiaque.

    Ca n'avance pas, comme toujours, et tout d'un coup le col se dilate totalement, présentation plus qu'engagée. Lorsque je retire mes doigts je vois le petit cordon qui sort. Dans une autre situation ça aurait rameuté du monde, fait tout un foin. Là c'est juste la fin.

    J'appelle le chef de garde, c'est l'interne qui vient. Un que j'aime bien. On est juste deux soignants dans la pièce, la mère pousse une ou deux fois, on dépose le foetus dans un lange, sur un plateau puis je l'amène dans la petite pièce où je l'examinerai. A chaque fois que j'ai eu à emmener un corps comme ça, j'ai toujours eu une boule au ventre, et là ça n'a pas loupé. Je n'ose même pas imaginer si j'étais la mère. On dirait vraiment un mini-bébé, avec une peau toute fine que j'ai peur de casser. Il a l'air calme. Je pense à l'Espagne où on peut faire des IVG jusqu'à 22 SA, je me dis merde, ce sont des mini-bébés. Puis je me ravise, ce n'est pas le sujet, je ne suis plus objective. Je nettoie un peu, prends les mesures, le repose, puis je reviens vers le couple. Ils veulent le voir.

    Je n'ai jamais présenté un foetus mort à ses parents. On a surement eu un cours débile là dessus, loin dans mes souvenirs. Je décide de faire sans, comme je le sens. Je le montre à la mère, dans son lange, puis je lui donne et lui annonce le sexe. Elle le trouve parfait, se demande pourquoi. Je lui présente une des rares malformations visibles, la plupart dans ce cas étant internes. Ca appuie mon discours comme quoi ils ont pris une décision difficile mais justifiable vue la qualité de vie qu'on aurait pu lui offrir. Ca a l'air de soulager le couple. Ils ne souhaitent pas le garder plus longtemps. Je le ramène en leur disant qu'ils pourront le revoir plus tard.

    Seule dans la pièce je le repose. C'est bientôt la fin de ma garde. Je suis sage-femme.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    ambre15
    Mardi 17 Juillet 2012 à 11:19

    je ne te souhaite pas d'être dans mon cas et de les attirer systématiquement... pour la présentation, pour le suivi, comme toi, je fais comme je le sens, j'ai depuis longtemps oublié mon cours de psycho fait par un mec qui n'a jamais été confronté à ça...

    2
    Vendredi 20 Juillet 2012 à 19:47

    Le mieux dans ces cas -la, c'est de pouvoir en parler avec les parents ou la mère avant : voudront-ils le voir dès la naissance. et tu n'es alors pas obligé de le mettre dans un lange puis dans une autre pièce. Tu le prends le regarde et leur présente.

    Quand tu as une "fausse-couche" à 22sa et qu'il risque de naître vivant, pareil, tu en discutes et quand il nait tu le poses sur la mère qui va le veiller jusqu'à sa mort. Le dernier comme ça a vécu 1h30 ! C'est bien mieux pour tout le monde, y compris le vécu des soignants de procéder ainsi plutôt que de vite les emmener et les laisser seuls sur une paillasse .

    Bon courage pour la suite.

    3
    Knackie Profil de Knackie
    Vendredi 20 Juillet 2012 à 19:53

    On leur demande avant, mais initialement un des deux ne voulait pas le voir, et puis à ce terme on voulait faire une verification écho de vacuité utérine après la délivrance, et on a fait un curetage. Avec un cadavre dans les bras c'est plutôt bof non? Puis souvent on les amène ailleurs pour les rendre "présentables" mais ça dépend de l'affection.

    Je trouve ça troublant de laisser agoniser un foetus pendant une heure...

    4
    An
    Jeudi 26 Juillet 2012 à 08:53

    Garde en mémoire que je ne suis pas SF, donc la réponse à ma question parâitra peut-être évidente pour toi, mais ne l'est pas pour moi.

    Qu'appelles-tu "agoniser" ? Est-ce que le foetus souffre forcément ? Si non, je crois qu'en tant que mère, si ça m'arrivait, je préférerais qu'on me le laisse, en effet...

    5
    Knackie Profil de Knackie
    Jeudi 26 Juillet 2012 à 16:49

    Agoniser, selon la définition du dictionnaire, rien de plus.

    Agoniser-> être à l'agonie

    Agonie-> État de l'être humain dans la période qui précède immédiatement la mort et où l'organisme peut paraître lutter pour demeurer en vie -  selon le Larousse en ligne -

    Agonie et souffrance ne sont pas forcément lié... mais le "paraitre lutter pour demeurer en vie" fait forcément penser à la douleur.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :