• Evaluation des pratiques

    C’est pas le tout de faire plein de jolis stages, il faut les valider, et montrer qu’on est intelligente et qu’un jour on saura tenir un service (hum hum) et faire des piqûres.


    Pour ça, on a 2 modes d’évaluation des pratiques. Je pourrais parler des heures de chacun d’entre eux tellement ils me traumatisent, mais je vous en fais grâce, je vais essayer de tout synthétiser en un seul article.


    Premier mode d’évaluation, évidemment, l’incontournable et terrifiante MSP. Mise en Situation Professionnelle, comme ils disent, moi je dirais plutôt Mise en Scène Professionnelle. Le pire c’est que tout le monde en est conscient mais on continue quand même.

    Bref le principe, c’est que pendant une matinée, un formateur de l’IFSI et un cadre ou une infirmière (remarquez l’emploi réfléchi du masculin/féminin) du service te collent au train pendant que tu fais tes soins. Vous allez me dire : « ben oui, mais ça c’est tous les jours, les infirmiers te regardent aussi non ? »

    Eh bien oui messieurs–dames, les infirmiers nous scrutent aussi pendant qu’on fait les soins, mais eux ce sont des yeux bienveillants, que dis-je maternants, pis en plus on a un avantage, c’est que nous aussi on les regarde, on les critique, on les juge !

    Enfin revenons à notre MSP. 2 personnes, ça fait donc 4 yeux lasers qui regardent chacun de tes tremblements mouvements de A à Z. On commence en général par une présentation du service, suivie d’une présentation des patients et des soins qu’on va leur faire avec leur justification. Ensuite le jury choisit ce qu’il veut voir pendant qu’on prie pour éviter de tomber sur la fatale toilette au lit (ne vous moquez pas, essayez, vous, de faire des toilettes au lit à une personne de 80 kg et revenez me voir après !).


    Ensuite en principe, c’est parti pour le show, c’est parti tout le monde est chaud, on avance vers le sacro-saint chariot de soin qu’on décontamine consciencieusement avec la chiffonnette. On a un petit arrêt sur les roues (on décontamine ou pas ??) puis on pose notre matos sur le chariot (en repassant 10 fois le soin dans sa tête pour ne rien oublier, parce que sinon, c’est le drame !) et on va voir le patient.

    Moi je déteste brieffer le patient avant (genre : ne dites rien, ne faites rien, sois belle et tais toi, oui yen a qui le font), mais je prie quand même pour qu’il évite de me poser une question embêtante. Et je commence mon soin, en technaïque:  attention, gare à toi si tu fais tomber une compresse par terre ou si tu oublie de fermer la poubelle AVANT de sortir de la chambre.


    Une fois j’avais pensé faire tomber ma pince, la ramasser et faire semblant de la réutiliser en MSP avant de crier « poisson d’avril !!! » en balançant des confettis sur le jury,  mais à la réflexion je ne suis pas sûre que ça passerait. Ils n’ont pas beaucoup d’humour ces gens là.


    Bref une fois qu’on a tout bien fait nos soins en technaïque, on passe à la 2e partie, non la moins éprouvante, de la MSP : la démarche de soins.

    On fait une démarche de soins par patient (nombre croissant selon l’année, perso j’en suis à 4). On doit expliquer sa vie (qu’il est veuf, que sa fille habite à Trifouillis les Oies dans le Nord-Pas-De-Pyrénées et que donc elle ne peut pas venir le voir, mais que bon, il a du soutient quand même parce que la fille de la nièce de sa cousine vient de temps en temps), l’histoire de son hospitalisation et de sa maladie (c’est en général le moment le plus drôle de la démarche parce qu’il faut se dépêtrer de tous les examens que personne ne comprend et expliquer pourquoi il est dans cet état là à ce moment là), les médocs qu’il prend (on est sensés connaître le Vidal par cœur, et non j’exagère même pas) et leur action et l’évaluation de leur efficacité et des effets secondaires, les diagnostics infirmiers et le devenir de la personne.


    Une fois que t’as fait ça t’es content, mais pas de chance, faut recommencer, parce que t’as tout plein de patients. Et bien sûr pas de feuille de note.

    A l’issue de tout ça, tu es littéralement liquéfié sur ta chaise, mais on te demande quand même de sortir le temps de délibérer, ce que tu fais avec une joie non dissimulée.

     


    2e mode d’évaluation : la feuille d’appréciation de stage.
    Au premier stage, tu te fais piéger et tu te jures de ne plus jamais la donner à une infirmière qui ne te connaît pas.


    Ensuite ben c’est une feuille avec des ptites cases que tu peux cocher pour chaque item, de « insuffisant » à « très bien ». Pour les items, il y en a une trentaine, du genre « prend des initiatives » (je l’adore celui là), « s’inscrit dans un processus d’autoévaluation », « identifie les différents comportements et en évalue les conséquences », « contrôle ses réactions affectives »….

    Donc t’as droit à plein de petites croix, puis une évaluation écrite en fin de page, et une note.

    Mais bon c’est hyper subjectif. J’en ai la preuve écrite : une fois, j’ai eu une croix « TB » dans « réalise les actes de soins avec dextérité », et mon appréciation était « Devrait travailler sa dextérité ». Si quelqu’un a compris, qu’il m’explique.

    Je suis toujours très contente d'avoir des bonnes notes, mais très sincèrement, je ne pense pas qu'une Mise en Scène Professionnelle et une feuille bleue avec des croix reflètent la qualité du professionnel qu'on sera.
    Pour moi, la meilleure évaluation, c'est quand on me demande si je veux venir bosser dans le service après le DE. Là je me dis que j'ai bien travaillé.



    Article connexes: Feuille d'évaluation de stage
    Evaluation clinique

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 9 Avril 2009 à 21:27
    Oh la denrière phrase est trop belle!!!!!!
    et sinon, comme d'habitude , le reste m'a bien fait rire!
    En tout cas ça fat peur, grrrr.....!!!
    2
    latiatia
    Jeudi 9 Avril 2009 à 23:07
    Nous, zétudiants zen médecine d'une belle cité du sud, n'avons pas d'évaluation pratique (contrairement à d'autres villes). Mais nous sommes régulièrement confrontés au stress des élèves inf qui doivent passer par là. On ne comprend pas tout, mais on essaie de vous soutenir.
    Par contre, l'évaluation de stage, c'est comme toujours une vaste plaisanterie.
    3
    Knackie Profil de Knackie
    Jeudi 9 Avril 2009 à 23:34
    Exact Latiatia, la dernière fois que j'ai été évaluée l'interne (oui pas les externes parcequ'avec une garde et demi faut arriver à vous dénicher ^^) m'a jeté un regard mélant compassion et interrogation envers cette pratique étrange...

    Je suis fan de ton poisson d'avril fant4zy :)
    4
    Matt
    Mercredi 10 Juin 2009 à 21:36

    je viens d'arriver sur ce blog par le biais du laryngo
    tt fraichement diplomé d'avril...je me reconnais bien dans ton article : une vraie pièce de théâtre les MSP ^^ du grand n'importe avec big brother et son jumeau qui te transperceraient du regard s'il le pouvait, de peur que tu fasses qqch qu'elles ne voient pas...^^
    j'ai cru mourir à la MSP DE : 3h30 avec une formatrice scotché à mes talons qui notait tout, mm à mon 18e lavage de mains !!!

    et le poisson d'avril, ça serait à essayer ça, c'est une idée géniale, mais faut etre sûr de son public ^^

    bon courage pr la suite
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :