• Etre étudiant sage-femme

    Etre esf c'est un peu comme...rien. Je ne vais pas chouiner sur notre piètre condition d'esclave à faire les papiers, faire les dossiers, faire les bonnets, voir les patientes pendant qu'une odieuse sf tortionnaire part fumer et boire le café toutes les 5 minutes, est payée 785856545634 euros par mois et nous...rien...ou 80 en troisième année, ou plus en quatrième.

    Non je ne vais pas chouiner parce que ce n'est pas toujours comme ça et que parfois on s'y fait même. Alors je pourrais dire qu'être esf c'est l'éclate total, qu'on est entouré 13h sur 24 d'sf sexy qui nous aident à faire les pleins dans la réserve et plus si affinité, de médecins charmeurs et d'internes rieurs. Mais ce n'est pas non plus la majorité des hôpitaux (la vie c'pas gray's anatomy).

    Alors être esf c'est un étudiant un peu comme les autres mais pas tout à fait. Pas tout  fait car quand il part en cours il a l'impression d'être en vacances...jusqu'à ce qu'il se rappelle comment l'école fonctionne. Quand il part en stage on le retrouve tremblant dans les vestiaires, jusqu'à ce qu'il se rappelle qu'il ne verra même pas la journée passer.
    L'esf est imperméable. Imperméable à la nourriture qui ne comblera que rarement son estomac, imperméable aux solicitations vesicales qu'il n'entendra même pas, imperméables aux divers liquides biologiques, imperméables aux diverses remarques motivées par le stress intenses de ses pairs.

    A la fin, l'esf veut simplement qu'on lui foute la paix, qu'on le laisse travailler comme il le veut, qu'on le laisse apprendre dans la joie et les barbapapas, qu'on le laisse boire comme une taupe plus qu'aveugle face à un lac de bière, qu'on le laisse rigouler avec ses keupins tout en enchainant les dossiers. Alors, l'esf sourira.

    Avant de s'endormir l'esf pourra au choix, pleurer d'avoir fait que des conneries (notamment tué un bébé en lui ayant donné de la vitamine K avec de l'air dedans...ce n'est que le lendemain matin qu'il comprendra que de l'air dans une seringue que l'on donne à boire ce n'est pas comme de l'air dans un truc qu'on injecte), sourire comme un benêt car pour une fois on lui aura laissé faire un accouchement tout sans la piteuse excuse du scuz moi c'était une primi alors tu comprends, scuz moi elle n'avait pas de péri, scuz moi c'était un macrosome, scuz moi c'était un tout petit. Ou s'endormir comme un narcoleptique (la faute aux sf sexy, médecins charmeurs et internes rieurs ci-dessus).

    Article connexe: etre étudiant infirmier

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    ambre sf
    Samedi 24 Janvier 2009 à 15:07
    mais après l'esf devient sf... et là, c'est déjà plus l'éclate... même si il y a toujours les vieux médecins grincheux qui te répondent "tu fais rien" parce que tu les dérangent pendant leur sieste, et qui laissent saigner les femmes parce que la couture quand t'y vois plus rien ben c'est long... mais chut...
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Samedi 24 Janvier 2009 à 21:20
    Même quand t'y vois c'est long (enfin je parle pour moi hihi), et quand j'y vois pas, le temps que j'éponge, que je voye bien qui va avec qui....ben j'y revois plus rien. :o)
    J'espère bien qu'une fois diplomée c'est mieux quand même.
    3
    Dimanche 25 Janvier 2009 à 11:20
    moi c'est plutôt "scuz moi j'arrive pas à laisser faire..."
    4
    Knackie Profil de Knackie
    Dimanche 25 Janvier 2009 à 12:27
    C'est en fait la vraie raison à tous ces "scuz moi..." Mais c'est sur que ça ne doit pas être évident de rien faire.
    5
    ambre sf
    Dimanche 25 Janvier 2009 à 21:29
    sûr c'est dur de laisser faire... de faire confiance... tinkiet, même en dernière année j'ai eu droit à "scuz moi c'est un macrosome... scuz moi c'est un préma..." à 1 mois du DE...
    pour la suture c'est pareil, ya des fois où on voit rien, mais là c'est pire, c'est pas le sang qui le gêne... mais les yeux...
    6
    Samedi 7 Février 2009 à 18:56
    Ouais ben dis donc, c'est pas un roman à l'eau de rose, quoi!
    courage, et que du bonheur malgré tout!
    7
    sarahSF
    Mercredi 11 Février 2009 à 23:52
    mdrrrr jme reconnais trop trop... arf la vie d'esf se ressemble aux 4 coins dla france!!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :