• Des jumeaux

    Dans une maternité, l’accouchement de jumeaux est toujours quelque chose d’un peu plus. Un peu plus de bébés à l’arrivée, un peu plus de monde autour, un peu plus de risques.
    Pour palier à ce un peu plus de risques, l’accouchement a lieu en salle de césarienne, non pas pour faire une césarienne, mais pour avoir tout sous la main au cas où. Le travail se passe donc normalement et à dilatation complète la maman est transférée en salle, l’équipe médicale complète est appelée.
    Par équipe médicale complète on entend en plus de la sage-femme, le gynéco, l’anesthésiste, le pédiatre…
    Au final, a fortiori dans un CHU on arrive à beaucoup de monde: la sf qui suit le travail, l’étudiant sf qui suit le travail, les personnes s’occupant de la salle de césa (sf ou infirmières), le jeune interne de gynéco, le vieil interne de gynéco, le gynéco, l’interne d’anesthésie +/- l’anesth, l’aide soignante de la salle de césa, le pédiatre lui se tient à l’écart son challenge étant d’arriver pile quelques secondes avant la naissance.
    Pour la maman ce doit être très impressionnant. Alors on la briefe pendant la grossesse, pendant le travail, pendant le déménagement.

    Une fois j’ai suivi une grossesse gémellaire en travail. Challenge pour moi, réussir à tenir mon rôle lors de l’accouchement, car il faut savoir qu’un étudiant sage-femme doit tenir un relevé d’actes et parmi celui-ci l’item: participation active à au moins deux accouchements de jumeaux. Ce n’est pas toujours évident de ne pas se faire « piquer » l’accouchement par l’interne qui doit surement avoir l’item: pratique de l’accouchement eutocique mais un peu plus à risque quand même, dans sa formation.
    Donc voilà, ma patiente je la suis depuis une troitaine d’heures, elle est à dilation complète, on la transfert doucement, pas le feu, faut que J1 descende un tit peu. Une fois dans la salle c’est l’effervescence, tout le monde s’active à tout préparer, monitorage etc...puis une fois tout installé on attend. Ma patiente ne semble pas terrorisée, c’est bien. Ma sf part faire un truc et la jeune interne commence à mettre ses gants. J’en prend alors une paire, me cale face à la patiente et commence à lui parler pour me donner une contenance, faire comprendre aux autres que j’ai suivi le travail et que c’est un peu mon rôle quoi. Je lui demande si elle n’est pas traumatisée, lui explique que pendant la contraction on essaiera de pousser trop fois, puis repos etc. En même temps je mets mes gants. Une contraction arrive, je lui demande d’essayer et la tête descend très bien. L’interne toujours à côté de moi ne dit rien, le chef un peu plus loin non plus…alors ben je continue à la contraction suivante.
    Ma sf revient, chouette, et du coup elle se met à la place de l’interne. Je ne pense presque pas à la multitude de paires d’yeux braquées sur moi, je suis concentrée sur autre chose. Je suis étonnée par la capacité de la maman à super bien pousser dans cette situation. La tête se dégage, les épaules aussi, et voilà un escargot tout chaud.
    Pour le second jumeau qui n’était dans une position idéale au départ je laisse la place le temps de vérifier à l’écho et puis qu’il se tourne finalement tout seul. Le vieil interne qui a pris ça en charge «fait» donc l’accouchement avec le jeune qui pourra alors également cocher sa liste de choses à faire.

    Tout est donc bien qui finit bien, deux bébés en bonne santé, un périnée intact et des statistiques étudiantes comblées. Je suis contente que les choses se soient déroulées sans heurt. Je suis partie du principe où si on me dit rien et bien je fais comme si j’étais seule avec ma sf, on m’aurait d’ailleurs reproché le contraire.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 13 Avril 2009 à 13:07
    effectivement, il faut une sacrée confiance en soi dans ce genre de situation!!!!tout ce monde qui te regarde, mais avant tout, savoir s'imposer....bravo!!
    2
    Knackie Profil de Knackie
    Lundi 13 Avril 2009 à 14:41
    Et puis la sf m'aurait surement tapé si à son retour elle aurait trouvé le chef et l'interne tripatouiller et moi assise dans un coin en me balançant d'avant en arrière.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :