• Consultation - suivi de grossesse

    Le suivi de grossesse physiologique est au centre d'une querelle, voire d'une lutte acharnée pour avoir son bout de tissu. Trois professionnels de santé sont habilités à réaliser des consultations de grossesses physiologiques: sage-femme, médecin généraliste et gynécologue (médical ou obstétricien). Une grossesse peut tout à fait être suivie en ville, on demandera alors que les dernières consultations se fassent sur la maternité où la patiente souhaite accoucher (histoire de la connaître...). Si un accouchement à domicile est envisagé c'est un peu différent. En cas de pathologie de la grossesse cette liste s'amenuise puisque seul le gynécologue est compétent pour suivre ces femmes, en collaboration avec les autres professionnels de santé.

    Je passe sur les grossesses pathologiques, ce n'est pas le sujet aujourd'hui. J'écris sur les grossesses physio et là une question, quel intérêt pour le professionnel de les suivre ?

    - le gynécologue: c'est fun, rapide, en 10 minutes on peut largement faire l'examen clinique+prescription nécessaire et au revoir, au mois prochain. Si on considère qu'un suivi de grossesse, même physio, ce n'est pas que celà, on peut aller plus loin. Parler de tout ce qu'il y a autour de la grossesse selon l'age gestationnel. Parler "chiffon". Parler lieu d'accouchement, parler manière d'accoucher etc...

    - le médecin généraliste: c'est fun mais peut-être pas si rapide. On voit une patiente qu'on connait déjà autrement que pour une rhino J1, on suivra peut-être son enfant, les deux jusqu'à la mort. Médecine générale utopique? Mouai. Enfin, c'est cool quoi.

    - la sage-femme: c'est fun, rapide ou pas selon ce qu'on veut faire de ses consultations. Mais, c'est surtout une des partie essentielle de son métier. Ce pour quoi elle a été formé de manière spécialisée. Car oui, on peut être spécialisé en physiologie.


    Parlons technique et je vais faire grincer des dents, qui fait quoi ? Et qui à mon sens, devrait faire quoi dans le monde idéal de Knackie.


    Déjà les sages-femmes. Les sages-femmes devraient réellement être LE praticien de la grossesse physiologique (comme on le dit dans son beau et joli Code de Déontologie faisant partie du Code de la Santé Publique et qui régit la profession). Nous avons l'avantage de connaître physiquement tout le parcours d'une femme enceinte des BCHG+ à la vaccination du marmot. Nous sommes passés partout, nous avons exercés partout pendant nos études et du coup lorsqu'on en parle et bien... on voit de quoi on parle et mine de rien, c'est un confort bien confortable. Dans certains pays européens (je ne me rappelle plus lesquels), la sage-femme est vraiment considérée comme cela. Le suivi par celles-ci est incité et parfois même "obligatoire". En effet, il existe un pays (mais lequel??) où une femme enceinte doit obligatoirement voir une sage-femme pendant sa grossesse et le recours au gynécologue si pathologie en dépend. C'est peut-être extrême...
    Alors, je regrette que nous ne soyons pas intégrés au parcours de soin. Ainsi lorsqu'on voit une patiente et qu'elle un truc qui nous dépasse. On peut renvoyer au généraliste hors parcours et ce n'est pas considéré comme "avis spécialisé", ça le pourrait pourtant. Si on veut un avis gynécologique de même (mais le gynéco fait parti de ces médecins que l'on peut consulter directement sans passer par un généraliste et ainsi être remboursé). Et pire, si on voit une femme en consultation avec une dermatose bizarre, pour valider le parcours de soin on doit l'adresser au généraliste qui dira "oui vous avez une dermatose bizarre et puis vous êtes enceinte AAAAAAAAAAH-llez voir un dermatologue". Sympa pour la femme qui se fera balloter de cabinet en cabinet pour le bien de l'Assurance Maladie.


    Ensuite les gynécologues. Dans mon monde idéal ils devraient faire principalement la compétence qui leur est propre: suivre des grossesses pathologiques. En réalité, ils suivent beaucoup de physio, de la patho certainement, qu'ils renvoyent aux sages-femmes pour un suivi plus rapproché (cherchez l'erreur). Ainsi la patiente hypertendue verra son gynéco une fois par mois, sa sage-femme deux fois par semaine avec son tensiomètre, pareil pour une Menace d'Accouchement Prématuré, ah ça, ce n'est pas le gynécologue qui va faire des visites à domicile pour évaluer la MAP. Bref, vous m'avez compris, comme une impression que les rôles sont inversés.


    Et au milieu, les généralistes qui pour moi (attention attention pas taper tout de suite) n'ont rien à faire dans le suivi de grossesse avec la formation initiale qu'ils ont. C'est à dire, quelques heures de cours théoriques et un stage d'interne obligatoire en gynéco. Le stage obligatoire ça peut être 3 mois à faire des consultations, accouchement etc... comme une demi-journée à voir des colposcopies. Rien n'est réglementé à ce niveau là. Et du coup, j'ai de mauvaises expériences avec les généralistes. Lorsque je faisais des consultations à la maternité et qu'une femme arrivait, la bouche en coeur, pour la première fois disant "c'est mon médecin qui me suivait", j'avais des sueurs froides. Entre la sérologie rubéole faite tous les mois ou pas faite du tout, le dépistage trisomie 21 non proposé avec une échographie du 1er trimestre montrant une clareté nucale à 3 mm et  là on est à 28 SA, la prévention de l'allo-immunisation rhésus rattrapée de justesse. Enfin bon, je me méfiais quoi. Pour moi le généraliste c'était au pire, celui qui disait à la femme non immunisée pour la toxoplasmoe de tuer son chat, au mieux, celui qui suivait scrupuleusement le tableau HAS en tirant la langue.


    Et puis, j'en ai rencontré des bien, qui s'intéressaient à la chose et allaient chercher les informations. J'en ai vu des gentils avec des couettes et d'autres qui m'on fait un câlin. Ca fait un peu réfléchir. Je me dis que leurs patientes déjà, ont de la chance, et pourquoi iraient-elles voir un intervenant supplémentaire ? Seulement voilà, eux, c'est parce qu'ils le veulent bien. Rien n'empêcherait un confrère moins scrupuleux de faire n'importe quoi sur une grossesse et moi ça me dérange.
    Et puis bis, il y a la question de mon utilité. A quoi je servirais alors ? La seul compétence qu'une sage-femme a et qui ne peut être remplacé par AUCUN professionnel de santé c'est la préparation à la naissance et à la parentalité. Pour tout le reste nous sommes substituables soit par un infirmier (spécialisé ou non), soit par un médecin, soit par un kiné. On arrête tout ? Après seulement deux ans de diplôme ça me ferait mal.

    Certains disent également "oui mais de toute façon chez moi, il n'y a pas de sages-femmes". Mouais. Chez moi, il y en a plein et elles ne suivent pas forcément beaucoup de grossesses pour autant. Et si ce ne sont que les "gentils" généralistes qui renvoient faire les sf, reste alors les boulets et leur suivi approximatif qui eux, se les gardent. J'ai toujours été convaincu qu'une collaboration généraliste/sf était le B-A-BA tout comme la collaboration généraliste-autres spé médicale. Je voyais du genre généralite reçoit BHCG+, propose la sf, la sf tiens informée, renvoit pour autre chose etc etc... Et ça se passe comme ça un peu, de plus en plus. 'fin bref.


    Je vais mettre un peu d'eau dans mon vin et dire que oui, un généraliste peut suivre une grossesse... s'il est "gentil" (comprendre compétent et tout et tout). Même s'il ne connait pas tous les rouages du système, même s'il y a quelques approximations, ça se rattrape, pas de quoi parler "perte de chance". Mais à dire ça j'ai vraiment l'impression que je soulève une question plus pénible, à quoi je sers ?


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 10 Avril 2012 à 14:30

    Merci de cet article.

    Et pas d'accord avec sa conclusion.
    Le fait que des compétences se chevauchent ne les annule pas.
    Moi, tout ce que je sais faire, quelqu'un d'autre quelque part sait le faire aussi. Et y a même quelqu'un d'autre quelque part qui sait le faire mieux que moi, et même ce que je fais le mieux.
    Ca ne m'enlève pas ma compétence, et ça ne m'enlève pas mon rôle.

    Moi, par exemple, si je suis bonne en suivi de début de grossesse, je suis nulle en allaitement et en accouchement. (Jveux pas dire le geste technique, jveux dire en parler avec la femme.)
    Heureusement que j'ai des sages-femmes autour de moi pour m'aider pour ces bouts-là.
    Heureusement que j'en ai aussi pour toutes les patientes qui n'imaginent pas que je leur fasse un examen gynécologique après qu'elles m'aient parlé de leurs états d'âme, et qui préfèrent séparer les rôles.
    Heureusement qu'il y en a autour de tous les médecins qui sont nuls aussi en suivi de début de grossesse.

    On s'en fiche que nos compétences se chevauchent.
    Heureusement, que nos compétences se chevauchent.

    C'est toujours la même histoire, et la même conclusion bateau.
    Ce qui est dramatique, c'est les gens qui pensent savoir faire quelque chose qu'ils ne savent pas faire, et qui sont aveugles aux compétences des autres.
    Il y en aura toujours, et dans toutes les professions, et ce n'est pas une affaire de torchons ou de serviettes.
    On ne pourra jamais dire "Tous les généralistes savent faire *ça* mieux que toutes les sages-femmes dont le rôle est de faire *ça*, qu'elles font mieux que les gynécos qui ne sont bons qu'à faire *ça*", et tant mieux.

    Comme tu le dis, le noeud de l'histoire c'est surtout d'apprendre à communiquer les uns avec les autres, et c'est vrai partout.

    2
    Mardi 10 Avril 2012 à 14:46

    PS : moi, avant, je disais aux femmes que je pouvais suivre leur début de grossesse, mais que si elles préféraient ça pouvait être le gynéco aussi.
    Et puis j'ai rencontré des gens bien, qui m'ont tiré les couettes et qui m'ont fait des calins.
    Depuis, je parle systématiquement des SF. Pour le suivi de grossesse, mais aussi pour la contraception, pour le suivi gynéco et tout ces trucs que pourtant j'adore faire ;)

    3
    Mardi 10 Avril 2012 à 14:58

    C'est aux Pays Bas que le passage par la SF est obligatoire en première intention. Pas sur d'avoir envie de ça !!! Le libre choix me semble essenteiel.

    Pour mettre tout le monde d'accord (comment ça vous l'êtes déjà ?), je complèterais en disant que ce que les SF déplorent c'est la méconnaissance de leur compétence en suivi de grossesse, de même que les MG déplorent la méconnaissance de leur compétence en suivi gynéco... Une fois l'information clairement passée sur ce que nous savons faire, à chaque femme de se déterminer.

    PS : me sens très utile mais pas irremplaçable...

    PS bis : je  kiffe les jours où je bosse en réseau avec des MG ou des GO sympas. 

    PS ter :  les médecins ont le droit de faire de la préparation. Y a pas que les SF  !

    4
    Mardi 10 Avril 2012 à 16:44

    Expérience perso. J'en suis à la deuxième grossesse et j'ai testé deux suivis différents : gynéco pour la première et SF pour la seconde. Je préfère infiniment la seconde. Je trouve le contact avec la SF plus approfondi, on parle plus et de plus de choses. Bon, ok, dans mon cas précis je dois quand même garder le gynéco car souci de grossesse mais c'est pas du tout le même dialogue. Le MG, j'y aurais jamais pensé. J'ai un vieux médecin de famille auquel je suis très attachée mais franchement, non, je me sens pas de faire un suivi grossesse avec lui.

    Finalement, la qestion que je me pose est assez basique : qui me caressera gentiment la tête pendant que j'insulterai tout le monde en salle d'accouchement??? :-)

    5
    Knackie Profil de Knackie
    Mardi 10 Avril 2012 à 17:07

    Jaddo>> Effectivement, vu comme ça. Surement un complexe de sage-femme. Je suis entrée à l'école en me disant "oué c'est trop cool on peut faire plein de trucs" et en pratique, en cabinet on vit pas tellement de la pratique classique, personne ne nous connait ou alors c'est pour nous décrier (cf Syngof #Odile Sarkozy et compagnie ), à l'hôpital certains sont ouverts, d'autres refusent même l'idée de cs sages-femmes, les cotations sont des cotations "médecin" parce que ça rapporte plus du coup aucune visibilité du travail des sf, aucun poids aux CME etc etc... Alors en plus le généraliste qui fait du suivi alors qu'il a plein de trucs à faire et que nous c'est un de nos seul maigre gagne-pain ben ça pique aussi. Fin voilà, c'est le contexte psychologique qui veut ça. Ca change aussi, les usagers nous connaissent plus, les sf sont moins nombreuses à se complaire dans leur situation.

    J'aime ta vision des choses c'est sûr. Ca devrait être ainsi.

     

    10lunes>> Je me doutais que toi, les Pays-Bas, tu savais. Médecin et prépa ça m'interroge, tu aurais des textes déinissant la prépa et qui peuvent la faire? A quand jaddo faisant de la prépa? :o)

    Babeth>> Ne pas stigmatiser gynéco=Mal sf=Bien. C'est parfois l'inverse et j'ai des tas d'exemples. Bonne grossesse et joli accouchement.

    6
    Mardi 10 Avril 2012 à 17:19

    c'était pas pour stigmatiser en fait. La gynéco que j'ai eue lors de la première grossesse était bien. C'est juste que dans mon cas perso, je trouve que le dialogue avec la SF est plus ouvert, dans le sens où l'on aborde plus de sujets (allaitement, grossesse, naissance, contraception, relations familiales...).

    7
    Knackie Profil de Knackie
    Mardi 10 Avril 2012 à 17:25

    Je sais bien, mais je tenais à le préciser.

    En pratique de sage-femme on traverse plusieurs spécialités médicales: gynéco/obst/pédia/anesth/psy c'est interessant et ça permet, entre autre, cette ouverture. C'est voir la femme dans tous les domaines dans une situation particulière (ici la grossesse) alors qu'en médecine on est plus facilement habitué à voir une situation spécialisée et d'y coller le patient (en médecine générale bcp moins certes).

    8
    Mardi 10 Avril 2012 à 20:45

    PNP et médecin : c'est dans la NGAP : C 2.5 pour le premier entretien, C2 pour les groupes de 3 femmes maxi, 0.9 C de 3 à 6...

    cf P 61 et 62 de la NGAP à télécharger sur le site ameli.fr...

    Babeth, je veux bien venir te caresser la tête !

     

    9
    Mercredi 11 Avril 2012 à 14:19

    10lunes, je prends note de ta proposition. RV début juillet :-)

    10
    Mercredi 11 Avril 2012 à 15:42

    Je tape pas, et je comprends. Voire même je suis d'accord.

    Je suis d'accord que votre formation initiale vous forme largement mieux que la notre pour le suivi des grossesses etc. Je pense également qu'il FAUDRAIT que chaque généraliste connaisse ses limites et les domaines dans lesquels il faut qu'il passe la main.

    Dire qu'on suit des grossesses, mais n'avoir pour seule formation que quelques semaines à la mat' pendant l'externat et même pas de Doppler au cabinet, oui ça fait peur. Tout comme celui qui ordonne de passer au bib le nourrisson qui n'a pas pris ses 1kg réglementaire à 1 mois. (c'est du déjà vu)

    Pour ma part, je suis une buse en neuro et en dermato ; par contre je pense que je me débrouille pas trop mal en gynéco-obst, en endoc ou en soins palliatifs.

    Je comprends ta question "oué c'est cool, donc moi à quoi je sers ?"

    Je te retourne la question. Si au moindre BHCG + j'envoie ma patiente voir la sage femme, dès que l'HbA1c dépasse 6,5% chez l'endoc, et dès que la TA est un 15 chez le cardio ? Je sers à quoi ? A soigner les rhinos qui n'ont aucun besoin d'être soignées ? A faire les arrêts de travail of course.

    Pourtant tous ces professionnels chacun dans leur domaine sont mieux formés que moi pour suivre ces patients.

    Ta spécificité, c'est le suivi gynéco et obstétrique de la femme du début à la fin, dans tous ces aspects, en dehors des états pathologiques.

    Ma spécificité, c'est le suivi global de mes patients, dans tous leurs aspects. Nous ne sommes spécialistes en rien mais nous avons nos compétences propres qu'aucun spécialiste ne pourra nous enlever, et nos limites, c'est à nous de les poser.

     

    Je ne pense pas qu'il faille craindre une concurrence entre nous. Nous sommes deux professions qui pouvons suivre des grossesses physiologiques et il y a de la place pour chacun.

    Heureusement qu'il y a des sages femmes pour les femmes qui ne souhaitent pas que leur médecin de famille les suive ou les examine à ce niveau là. Pour les femmes qui souhaitent avoir un suivi et une approche différents de ceux proposés par leur gynéco ou leur MG. Pour les nombreux MG qui n'ont ni l'envie, ni le plaisir, ni les compétences nécessaires pour suivre une grossesse; en espérant qu'ils aient la décence de le reconnaître et d'orienter leurs patientes.

    Il y a aussi des MG compétents pour celles qui ont une relation de confiance et sereine avec leur médecin et qui ne veulent pas d'un énième intervenant. Ou pour celles qui habitent à 40km du premier gynéco ou de la première SF et qui ne veulent pas se taper la route.

    Parce que quoi que tu en penses, la démographie des SF jouent également. A BledPaumé où on est réellement à 40km de tout, la majorité des femmes ne pensent même pas à aller faire suivre leur grossesse à GrosseVille. A Trouville, même si on est toujours à la campagne, il y a 2 SF installées avec les médecins à la maison médicale, les MG ne font plus de suivis de grossesse et ça me paraît logique, même si égoïstement je regrette de perdre une partie de mon activité que j'apprécie beaucoup. Et tout le monde travaille en bonne collaboration.

    Dans tous les cas, où que je sois, je propose toujours aux femmes un suivi de grossesse au cabinet ou avec une sage femme. Par souci d'être exhaustive, je parle aussi du suivi par un gynéco (peut être pas très objectivement je l'avoue ^^) ; mais la plupart des femmes choisissent après mes explications un suivi SF ou MG, en fonction de leurs attentes.

    Chacun son choix, et y'a de la place pour tout le monde, avec des approches différentes et complémentaires !

    11
    ES
    Mardi 17 Avril 2012 à 02:16

    Je pense qu'il y a beaucoup de femmes qui ne savent même pas que le suivi de grossesse par une sage-femme existe... d'ailleurs, j'étais dans ce cas lors de mes 2 grossesses (en 2007 et 2010), c'est par les blogs médicaux que j'ai appris (trop tard) que c'était possible.

    Ma première grossesse avait été suivie par ma généraliste au tout début, puis par une gynéco de l'hôpital où je devais accoucher à partir du 4ème mois (je n'avais pas de gynéco de ville, ayant déménagé récemment). La généraliste était moyenne (en particulier, il avait fallu que j'insiste pour faire le tri-test, qu'elle ne m'avais pas proposé du tout... et par la suite, heureusement que je n'avais pas suivi ses conseils en matière d'allaitement, sinon je pense que je me serais retrouvée avec un sevrage beaucoup plus rapide que prévu), la gynéco était d'humeur très changeante et pouvait se montrer parfois aimable, et parfois particulièrement "pète-sec". La sage-femme qui m'a accouché était hélas une des personnes les moins agréables que j'aie croisé de mon existence (je ne crois pas qu'elle ait eu le moindre semblant de sourire et le moindre mot encourageant pendant tout mon accouchement, j'ai eu l'impression de me faire engueuler pendant 4 h, et elle a aussi passé une partie de son temps à dire du mal de sa collègue qui faisait la préparation à l'accouchement...) Un inconvénient des consultations à l'hôpital était qu'il fallait souvent attendre longtemps, la consultation durait 10 minutes mais parfois après plus de 2 h en salle d'attente.

    Pour ma 2ème grossesse, j'accouchais dans le même hôpital mais j'avais déménagé entre temps, et il était plus commode de me faire suivre par ma nouvelle généraliste: son cabinet était dans la rue d'à côté, elle suivait aussi ma fille, me donnait l'impression de quelqu'un qui se tenait informée, avait un très bon contact... Tout s'est bien passé, et lorsque je l'ai revue quelques mois après mon accouchement, c'était elle qui avait un gros ventre, hélas elle a déménagé depuis.

    Si un jour j'ai un 3ème enfant, peut-être que j'essaierai le suivi par une sage-femme ? :-) Cela dit, la seule qui ait un cabinet près de chez moi m'a posé 2 lapins lorsque j'ai tenté d'être suivie par elle pour la rééducation périnéale, sans même s'excuser (ce qui fait que j'ai laissé tomber...)

     

    12
    Knackie Profil de Knackie
    Mardi 17 Avril 2012 à 11:25

    Ca aurait été plus honnête de la part des professionnels qui t'ont suivis de t'informer des différentes possibilités pour ce suivi.

    13
    lorene56
    Jeudi 19 Avril 2012 à 19:32

    je ne suis pas d'accord avec les commentaires précédents>. Il y a 3 professions médicales. Si un patient vient voir le généraliste pour un problème de dent, celui ci ne va pas hésiter à l'adresser demblée au professionel dont c'est la spécialité: le dentiste! Alors pourquoi il n'en est pas de meme avec l'obstétrique? parce que le généraliste a fait un stage de 3 mois (ou 6) en gynéco obst et s'imagine avoir les meme compétence qu'un spécialiste des grossesses physio qui y passe 5 ans! Donc oui, adressons les femmes enceintes vers les sages-femmes et prenons les en charge en commun quand il y a une pathologie médicale autre qu'obstétricale. chacun sa spécialté.. Je ne me risquerai pas a soigner une carie, je parie sur les compétences du dentiste... Je pense que les sages-femmes sont donc les mieux placées en obstétrique.

    14
    Knackie Profil de Knackie
    Jeudi 19 Avril 2012 à 20:03

    Lorene56>>Exact, mais là tu touches au concept d'omnipraticien qu'est le généraliste. Si tu le cantonnes au rôle que tu décris, ça devient alors un Infirmier d'Accueil et d'Orientation. Bobo dent->dentiste ;  Bobo coeur->cardio ; Bobo au moral->psychiatre. Or, il a quand même un rôle, autre que celui de tri et le patient n'est pas forcément qu'un tas d'organe.

    On a intérêt à travailler en collaboration, et je pense effectivement qu'en formation initiale les sages-femmes sont les plus calées et de base seraient les mieux placées. Sauf que... dans la vie médicale d'une patiente nous ne sommes pas forcément seule à entendre parler de leur utérus.

    C'est compliqué et ça joue aussi, sur les suceptibilités.

    15
    lorene56
    Vendredi 20 Avril 2012 à 08:38

    Mais le medecin reste omnipraticien.  il a un role d'orientation evident pour le bien etre des patients! mais il est aussi capable de soigner une dame enceinte, dans le cadre d'une patho autre qu'obstétricale. Il connait les facteurs de risques liés à la grossesse (il a appris ca dans ces 3 mois de stage!), il va savoir reperer la phlébite qui chauffe chez la dame qui a mal a la jambe, et qui se retoournera forcement vers son MG, ne voyant pas pas le rapport avec sa grossesse! Il sera dépister une listéria chez sa patiente enrhumée fébrile, qui se retournera elle aussi vers son MG. Il sera faire la différence entre un cancer du sein et un problème lié à l'allaitement (du vécu!),  Il reste le premiers recours! mais le suivi de grossesse physio, c'est pas necessairement de la médecine, et s'ils soigneront mieu qu'une sage femme une pathologie chronique ou bien d'autres pathologies aussi, laissons les faire leurs travail. Elles sont formées pour ca, pour accompagner et dépister. Pour écouter et surveiller, pour conseiller... dans le cadre de la grossesse. C'est ensemble qu'il faut travailler , et pas rayer de la liste une profession!

     

    16
    wain"
    Mercredi 2 Mai 2012 à 23:39

    je tombe tjrs des nues (bisounours inside oblige) qd je lis ce genre de post.Parce que je ne suis pas soignante et n''ai qu'une petite expériente de 3 grossesses physio/3naissances, où, par 3 fois, j'ai bénéficié d'un joli réseau entre MG/SF/Gyn.

    Première fois, une MG 4 fois mère, équipée , qui faisait déjà mon suivi gynéco classique (parce qu'à BledPaumé, comme dit plus haut, tu n'as pas tjrs envie de faire 40km pr avoir un RV de gynéco ds 1an avec la loterie "spécialiste" qui va avec...au moins son MG on le connait.... ) ...elle a dc fait un travail de suivi normal, relayé vers une SF libérale pr la prépa , puis vers l'hôpital pr les 2 derniers mois... Elle a repris la main ensuite naturellement pr parler allaitement, vaccins...tt simplement parce qu'elle maitrisait manifestement le sujet. 

    2ème grossesse, un nouveau MG qui lui a posé ses limites sur la base d'un "écoute je veux bien suivre ...mais euh...tu serais mieux suivie par une SF" , et le relai SF libérale puis hôpital s'est dc fait. Puis naissance et renvoi par l'hôpital vers le réseau des SF implantées localement (avec les coordonnées et tout et tout ) . La SF a fait le bilan puis redonné la main pr le suivi de l'enfant vers le MG, car elle, ce qu'elle aime, c'est la prépa , pas trop la suite (elle était franche lol )  .Ce MG a l'expérience (et la dispo) qui vont bien  en pédiatrie, entre formation et patientèle ... mais pr le retour au sujet "gynéco de ville", là encore, il relaie ;)

    3ème grossesse, et cette fois, directement SF de l'hôpital cette fois puis gynéco, naissance, et retour vers SF libérale puis MG...  A aucun moment je n'ai senti de concurrence ou de malaise de la part de chacun (peut être simplement parce qu'ils sont très professionnels???) , mais juste une simple recherche d'efficacité et de solution optimale entre leurs compétences, nos agendas et contraintes, et les possiblités offertes par le réseau global.

    Alors, c'est clair, qd ça fonctionne, chez les bisounours, c'est drôlement confortable pour les futures et nouvelles mamans ;) . Bonne continuation !

    17
    uncabinetsurlaplage
    Mercredi 8 Août 2012 à 23:14

    Les compétences gynéco des généralistes dépendant quasi entierement de leur motivation à faire de l'obstétrique. Elles dépendant aussi de ce qu'on veut bien leur apprendre pendant leurs stages de gynéco....... j'ai fait un stage d'externe et surtout un stage d'interne en gynéco, autant dire que je n'ai rien mais RIEN appris aussi bien des médecins que des sages femmes. Suivre un accouchement avec une sage femme, même pas en reve c'est SON accouchement, pas question de lui enlever, bon bin ok je sors et les médecins c'est pareil, tu les appelles pour faire ta 1ere echo endovaginale pdt ta 1ere garde "bin démerde g pas le temps" bon bin d'accord, je vais tenté de touver le bouton pour allumer la machine.... Pauv'madame, t'es pas venue le bon jour ch'suis dslé !  Bref, maintenant je deteste la gynéco lol mais j'me soigne !

     

    18
    Julie VDB
    Mardi 9 Octobre 2012 à 17:56

    "Si un patient vient voir le généraliste pour un problème de dent, celui ci ne va pas hésiter à l'adresser demblée au professionel dont c'est la spécialité: le dentiste! Alors pourquoi il n'en est pas de meme avec l'obstétrique?"

     

    Oui mais... dans la plupart des cas la grossesse à son début est physiologique et n'est donc pas un "problème" à adresser à quelqu'un qui s'y connaît mieux!

     

    JVDB, interne en 5ème semestre de médecine générale, en fin de stage en maternité :)

    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :