• A charge ou à décharge

    Tout d'abord je vous demande de lire cet article

    Bon. Ensuite on s'insurge. Quoi? Comment? Sages-femmes, médecin, tous des connards.

    Ensuite, tentative d'explication parce qu'il faut le dire, l'article mise tout sur le sensationnalisme et l'émotion mais ne nous apprend pas grand chose.

    Le titre: "Seule, elle accouche elle-même à l'hôpital, son bébé meurt".
    J'espère bien qu'elle accouche "elle-même". Je parie que toutes les mères qui ont accouché l'ont fait elles même et n'ont pas déléguées cette tâche à un tiers. En l'occurence on parle ici d'un acouchement sans assistance (même si certains se disent "accoucheurs" c'est bel et bien la patiente qui accouche, non le professionnel) ce qui à l'hôpital, ne fait pas très sérieux c'est vrai.

    1er paragraphe: "Enceinte de six mois, (XXX), 22 ans, a accouché seule alors qu'elle était en salle de travail à l'hôpital de Montauban. Le nouveau-né n'a pas survécu. Le parquet a réclamé une autopsie et une plainte pour blessures involontaires a été déposée."
    Le nouveau-né n'a pas survécu à quoi? A six moi il n'est pas viable, s'il nait il n'a pas à "survivre" il ne vit tout simplement pas. Mais c'est moins accrocheur. le journaliste parlera après de la viabilité.

    2eme et 3eme paragraphes: Rien d'informatif, juste de quoi faire monter la larme à l'oeil.

    4eme paragraphe: « En début d'après-midi, j'ai commencé à perdre du sang, on a alors tout de suite appelé le 112, confie calmement Sophie. Une ambulance privée m'a conduite à l'hôpital de Montauban sans se presser alors que mes contractions s'étaient rapprochées. »
    La question ici c'est quoi? Transport médicalisé (SMUR) vs ambulance privée? Toujours le délicat travail du régulateur qui ne dispose pas de moyens infinis.
    Polémique sur la vitesse de l'ambulance? Les ambulanciers doivent d'abord veiller à ne pas faire prendre de risque aux personnes présentes dans le véhicule et aux autres usagers de la route. Ensuite, j'imagine bien qu'en contractant dans une ambulance, sa vitesse sur la route doit toujours nous sembler trop faible. Le "sans se presser" sous entend que les ambulanciers finissaient leur café avant d'appuyer sur l'accelerateur. Pourquoi pas. On n'a qu'une vision des choses, pas de travail journalistique.

    5eme paragraphe: "Sur place, la jeune femme est transportée aux urgences avant d'être placée dans une salle d'accouchement. « Là, une sage-femme m'a ausculté et m'a dit que le travail commençait tout en me confirmant qu'elle entendait bien les battements du cœur du bébé. »"
    La sage-femme ne l'a pas "ausculté" (ausculter c'est prendre un stéthoscope pour écouter ce qui se passe au niveau thoracique, ça aurait été sympa que le journaliste ne valide pas cette erreur), par contre elle a surement fait un examen clinique comprennant un interrogatoire, un palper abdominal et un toucher vaginal. Ceci a malheureusement débouché sur le diagnostique de: fausse couche tardive.
    Seulement ici le journaliste préfère parler de "mise en travail" ce qui est vrai mais moins complet.
    On nous dit que le coeur du foetus battait ce qui sous entend dans l'imaginaire des gens qu'il était en vie. Hors pour vivre il faut être né (cf la définition juridique). On voit alors le journaliste avec ses gros sabots: si l'enfant a fini sans vie c'est parce qu'il n'y avait personne lrs de l'accouchement (notez qu'on ne parle toujours pas de la viabilité).

    6eme , 7eme et 8eme paragraphes: Le journaliste s'indigne sur cette pauvre femme livrée à elle même. A aucun moment il ne cherche à en expliquer les raisons. "La jeune femme serait ainsi restée esseulée plus de 20 minutes dont près de 10 avec son bébé abandonné sans aucune assistance, ni soins". C'est tout. Et là forcément on s'imagine l'odieuse sage-femme qui parle de ses vacances avec ses collègues aides soignantes pendant que la femme accouche seule de son foetus non viable.
    Alors, je vais faire le travail que ce journaliste n'a pas fait: Objectiver une situation qui forcément est triste et choquante.
    Montauban, maternité type 2 où se déroulent chaque année un peu plus de 800 accouchements. Cela signifie que le bloc obstétrical est tenu par une seule sage-femme. Pour peu qu'il y ai d'autres femmes venues pour accoucher dans les quelques minutes, elle ne peut pas forcément se permettre de rester tout le long du travail de cette patiente. Ni même 10 minutes. Elle était peut-être à un accouchement? La sonnette de urgence venait peut-être de retentir? Un médecin parle e journée particulièrement chargée...
    Concernant la prise en charge de la douleur pour poser une péridurale il faut un anesthésiste (qui n'a pas en charge que la maternité, mais aussi tout le reste de l'hôpital) et un bilan sanguin récent (ça m'étonnerait que la femme en avait un sur elle). Le résultat du prélèvement sanguin met AU MIEUX une heure pour revenir. L'anesthésiste lui ça dépend. Hors, la femme a mis moins de 20 minutes pour accoucher.

    Le dernier paragraphe: Il essaie de nous expliquer les choses tant bien que mal. Ah si, on nous dit que dans toute la maternité il y avait 4 médecins et 4 sages-femmes, on ne sait pas où. Je veux bien compter: Une au bloc (et je n'invente pas les chiffres, le nombre de sage-femme présente au niveau des blocs obstétricaux est définie par le plan périnatalité en fonction du nombre d'accouchements par an, un hôpital ne peut en avoir plus ou moins selon ses simples désirs). Une ou Deux dans le service où les patientes sont hospitalisée. Une faisant des consultations?

     

    Enfin, cet article a été écrit le 12 mai, jour où les sages-femmes manifestent avec les usagers de la périnatalité pour justement (et entre autre) améliorer le service rendu qui aurait plutôt tendance à se dégrader. Donc, messieurs les journalistes, au lieu d'écrire un article sentamentaliste à charge des professionnels (ce qui est très facile avec ce genre d'histoire), pourquoi ne pas pointer du doigt les véritables problèmes organisationnels? Les sages-femmes devront elles choisir encore longtemps entre passer du temps avec  une femme qui va accoucher d'un foetus qui ne vivra pas ou être auprès d'une patiente qui va accoucher d'un enfant viable?
    Une femme, une sage-femme. C'était l'une des revendications de ce jeudi 12 mai. Ca aurait sûrement aidé à la prise en charge de cette patiente.

    Tant pis. On repassera.


    edit: article complété par la Dépêche


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 12 Mai 2011 à 18:45

    Merci pour cette analyse complète qui malheureusement ne sera probablement pas lue par tous les bien-pensant qui ont commenté l'article de La Dépêche...

    On n'entend en tout cas pas beaucoup parler du mouvement des sages-femmes, c'est bien dommage ! Ce n'est probablement pas assez vendeur...

    2
    LMO
    Jeudi 12 Mai 2011 à 19:35

    Je ne suis pas certaine que les "bien-pensants" s'insurgent contre les médecins et sage-femmes mais bien contre l'ho^pital et les moyens qui ne sont pas permis aux services de fonctionner correctement!!!

    Cette histoire est une tragédie pour cette famille, et ils ont eu raison de porter plainte, ils ont besoin de savoir, et que la faute retombe sur quelqu'un, car faute il y a eu (peut être pas de la part des professionnels présents, certes, mais laisser une femme accoucher seule dans une salle de travail, c'est intolérable!)

     

    3
    Jeudi 12 Mai 2011 à 20:20

    oui je ne voulais pas critiquer la position des parents mais plutôt les gens qui fustigent les équipes soignantes...

    Il est évident que ce qui faut blâmer dans cet histoire c'est l'organisation de l'hôpital avec le manque de personnel, de moyens etc. Je connais la chanson, je bosse dedans aussi :-) (et aux urgences en plus en ce moment...)

    Et il est évident également que la famille ne doit pas en rester là, pour que l'on comprenne ce qu'il s'est passé, qu'ils aient des réponses et (dans un monde de bisounours) que ça ne se reproduise jamais plus !

    Mon commentaire était probablement un peu trop expéditif pour bien exprimer le fond de ma pensée, d'ailleurs il faudrait plus qu'un simple commentaire pour ça :-)

    4
    Jeudi 12 Mai 2011 à 20:20

    "ce qu'IL faut blâmer", j'ai honte !

    5
    Knackie Profil de Knackie
    Jeudi 12 Mai 2011 à 22:24

    Effectivement, taper sur la patiente serait malvenu et oui accoucher seule à l'hôpital c'est intolérable seulement ça arrive et je pense que les soignants sont aussi mal à l'aise de cette situation. L'article tel qui l'est ne le reflète pas du tout.

    6
    Ludivyne
    Jeudi 12 Mai 2011 à 22:26

    De ce que j'en ai vu aux infos,

    1) un syndicaliste de l'hôpital interviewé qui explique que DEUX (et pas 4) sages femmes au bloc pour 3 accouchments, qui n'ont pas pu se libérer. Et là je pense aux gardes où tu te retrouves seule avec une AP au bloc et 4,5,6 femmes en travail (pour 3 salles youhouh!). Chance, les dieux de l'obstétriques ont été avec nous. Visiblement ils n'étaient pas là a Mautauban... Problème des restrictions (décidées par décret: moins de 1200 naissances: seule en salle), et problème de l'impossibilité de prévoir quand la vague va arriver... Ca peut arriver n'importe où, une femme qui accouche seule sans personne qui puisse se libérer. (tiutre: la sage femme joue au tétris pendant que X accouche seule) Ca peut arriver n'importe où, un rythme qui se casse le nez sans personne pour s'en apercevoir.(titre: la sage femme joue au sudoku pendant que le monito sonne)  Ca peut arriver n'importe où, une femme qui saigne quand tu es occupée avec une autre (titre: la sage femme joue aux cartes pendant que Y fait une hémorragie seule, son mari est effondré). N'importe où aussi, un petit qui fait un malaise sans que tu sois là ( titre: la sage femme faisait ses courses sur le net pendant que mon bébé mourrait sur moi)

    2) La directrice de l'hôpital parle de "23 semaines et moins de 650g", ça fait pas 6 mois. A la limite, si c'est 23 semaines de grossesse ça fait 25 SA, donc 5 mois, donc 6ème mois, et comme nombreux sont ceux qui se mélangent joyeusement les pinceaux , on arrive à des "6 mois, mais mon fils est né à 6 mois et il va bien. Ils ont tué le bébé"

     

    Et 3) bien sûr, le choix du jour: les sages femmes dans la rue (essentiellement mis en avant le "on veux des sous" notez bien, la sage femme est vénale) VS les sages femmes tuent un bébé (vénales et incompétentes notoires) Les 2 reportages l'un juste derrière l'autre

    Suis pas sûre que ça soit un hasard...

    7
    Jeudi 12 Mai 2011 à 22:31

    reportage tout à l'heure dans le journal de la 2, du même acabit... des journalistes, ça? et juste après, un reportage "ma vie de sage-femme"...

    8
    elodoc
    Jeudi 12 Mai 2011 à 22:32

    je suis comme toi choquée par la couverture journalistique de cette affaire


    il ne faut pas 15 secondes a quelqun qui est un peu dans le medical pour comprendre que ce foetus n'etait pas viable et que c'etait "plié d'avance"


    par contre elle s'est retouvée seule pour:


    -accoucher


    -decouvrir que son bébé ne vivrait pas


    j'ai parfois un peu ce sentiment d'echec quand un patient decede seul aux urgences parce que personne n'etait disponible pour lui tenir la main (famille ou soignant). ca m'est encore arrivé recemment, mais j'avais pu expliquer avant a la famille que rien ne pouvait/serait fait ....

    9
    elodoc
    Jeudi 12 Mai 2011 à 22:40

    sinon je suis aussi choquée des tarifs accordés aux sages femmes de ville pour les suivis et la reeducation (et la prise en charge globale ce qui est eminemment precieux)... moi meme membre du corps medical je pense qu'il serait beaucoup plus rentable pour la secu d'augmenter un peu les tarifs des sages femmes et de diminuer drastiquement le nombre de gynecos medicaux (prescripteurs de traitements et examens couteux et parfois inutiles: le frottis annuel et la pilule-pas-remboursée-dont-le-labo-vient-de-payer-un-gueuleton-pou-faire-oublier-que-son-ASMR-etait-pourri....j'en passe et de smeilleures), je suis sureque ca libererait du budget pour laisser aux maternités assez de personnel pour gerer les flux inattendus de patientes

    10
    Tinote
    Jeudi 12 Mai 2011 à 22:47

    bon j'aime pas trop le chipotage sur la notion de 'en vie ou pas"... quand le coeur bat in utéro on part de l'idée que le bébé devrait vivre, logiquement... après effectivement en soit ça ne certifie pas du tout que le bébé pourra vie ensuite, mais en l'occurence ici c'est dommage qu'il n'ait pas été précisé qu'à ce stade le bébé n'est pas viable... quoique à 6 mois de grossesse ça donne environ 24sa non ? après la question déontologique est ailleurs... Ce que je trouve grave dans ce cas c'est que vu la situation, du moment où la nana est visibiement en train d'accoucher alors qu'il est clair que les chances de survie de son bébé sont plus que réduite, c'est qu'elle n'aurait pas UNE SEULE SECONDE se retrouver seule dans sa salle de naissance ! une aide soignante, une sf, une ash, un psy dans l'idéal s'il y en a un dans la maternité mais m**** qu'elle se retrouve pas à effectivement se retrouver seule pour accoucher... bon, d'un côté je veux pas me révolter sur une simili article à sentationnel, mais si les faits sont plus ou moins tels que décrit ben je trouve ça grave... même si sont bébé doit de toute façon mourir, la maman avait besoin de pas être seule pour affronter ce moment, car déjà que se retrouver seule avec son bébé mort dans les bras c'est horrible, mais la culpabilité pour elle risque d'être énorme. En plus à ce stade de grossesse le bébé ne doit pas encore ressembler trop à un bébé tout beau tout fini, il doit être minuscule... affronter cette image non idéale de son bébé ça a dû être terrible aussi... Bref, ok le personnel a du boulot par dessus la tête, ok c'est ignoble, inacceptable et intolérable, mais dans l'histoire on a quand même des parents qui ont perdu leur enfant (car à 24 sa désolée c'est pas une fausse couche tardive, mais un accouchement prématuré, et son bébé est considéré comme étant "né sans vie", donc il a droit à des obsèques et à figurer sur le livret de famille !).

     

    Donc oui comme d'hab les journalistes sont vraiment des gros nazes à parler de ce qu'ils ne connaissent pas et en plus sans se renseigner, mais bon, il n'empèche que cette femme n'aurait jamais dû se retrouver seule dans son cas encore plus que si son bébé avait été viable et vivant !

     

    11
    Tinote
    Jeudi 12 Mai 2011 à 22:51

    et pour info le seuil de viabilité (vu que visiblement les chiffres rendent tatillons) c'est 22sa ou 500g ... chiffre donné par l'oms.

    12
    Jeudi 12 Mai 2011 à 23:11

    le problème tinote, c'est que visiblement il y a du travail, et que tout le monde devait être occupé!! une ash? il n'y a pas d'ash en salle de naissance... et les AS et la sf étaient occupées par d'autres naissances...on n'a pas encore le don d'ubiquité, désolée...

    et, d'après le reportage de la 2, la sf lui a dit que son bébé ne survivrait pas... et à 24SA, le bébé est "fini", ce n'est pas un monstre, il est juste tout petit...

    quant à 22SA = viable... on ne réanime pas avant 24, voire 25SA... viable d'accord, mais dans quel "état"?

    13
    elodoc
    Jeudi 12 Mai 2011 à 23:13

    tinote ca c'est la limite theorique, en realité beaucoup d'equipes mettent le seuil plus haut pour de multiples raison: a ce stade il y a certes des enfants qui survivent mais le taux de complications est enorme (handicaps lourds), et ce meme dans les meilleurs conditions de prise en charge (corticoides pour preparer les poumons, equipe de rea pediatrique sur place...)

    14
    Tinote
    Jeudi 12 Mai 2011 à 23:20

    pour la viabilité je ne parle que des termes oms, rien que pour les parents ça leur change les choses que de savoir que leur bébé aura droit à une sépulture et à être sur leur livret de famille...

    Après médicalement c'est clair que les conséquences peuvent être désastreuses, mais pour moi c'est pas ici la question.

     

    oui le personnel médical n'a pas le don d'ubiquité, mais il y a des situations qui ensuite demandent plus d'attention que d'autres... quand même, un parent qui perd un bébé à la naissance y en a pas des tonnes non plus. ils disent que cette mat a 800 naissances par an, à raison d'1/100 environ de mortalité périnatale, ça donne environ 8 naissances par an qui finissent comme ça (en comptant celles où c'est "prévu" genre img) ... ces 8 parents/familles/maman peuvent avoir un peu plus d'attention que les autres quand même non ? ils vont pleurer toute leur vie leur bébé, ils sont rentrés seuls chez eux sans bébé, ils vivent un traumatisme très dur, ils peuvent être quand même un peu plus chouchoutés non ? allez chercher quelqu'un ailleurs dans un autre service s'il le fait, mais cette négligence humaine (je parle pas de technique je suis pas dans le médical et en plus vu le peu d'infos qu'on a) c'est ça que je trouve dramatique... comme si le fait que le bébé étant déjà condamné ça justifiait de la laisser se débrouiller... double peine pour elle... cette nana, à son prochain accouchement elle va morfler car accoucher d'un enfant après en avoir perdu un auparavant, c'est pas facile à gérer côté émotions...

    Ok la sage femme lui a dit qu'il ne surivrait pas... ça suffit ça ? être là, que cette nana ne soit pas seule dans un des instants sans doute les pires de sa vie, c'est quand même un truc important non ...

     

    désolée je suis enervée mais le sujet me touche de près vu que j'ai perdu mon premier enfant pendant l'accouchement (j'étais à terme par contre) donc oui je connais le sujet, les émotions qu'on traverse et tout ça... j'aurais été seule dans mon coin à me sentir négligée, je ne sais pas comment j'aurais vécu le truc, sans doute pas terrible non, sans doute très mal oui...

    15
    Tinote
    Jeudi 12 Mai 2011 à 23:23

    Elodoc : oui oui je ne parlais que pour le côté administratif de la chose... pour le côté technique c'est clair que c'est une autre paire de manches... même quand mon fils est né et que le pédiatre a tenté de le réanimé, j'ai pensé au bout d'un moment "dans quel état serait il s'ils parviennent à le réanimer ?" ... bon, il était en fait déjà décédé quand il est né, donc "né sans vie" :( , c'est comme ça et c'est tout... je ne suis pas pour l'acharnement non... mais qu'au moins ces parents soient reconnus dans leur deuil et que cette perte ne soit pas résumée à juste une fausse couche tardive ...

    16
    Ludivyne
    Jeudi 12 Mai 2011 à 23:27

    Le vrai problème c'est la façon dont est traitée l'info.

    Oui, c'est un drame, c'est monstrueux de devoir affronter seule une telle épreuve, il est plus que normal que ces parents veuillent une réponse.

    Mais mettons nous à la place de la ménagère de moins de 50 ans lambda. Je regarde je JT, je tombe sur une reportage sur des sages femmes qui font grève et qui manifestent. Instant de sympathie. Qui demandent des sous (c'est essentiellement ce que j'ai vu représenté, j'ai rien vu sur le "une femme = une sage femme", juste du "revalorisation")

    Ensuite, un reportage sur le drame de Montauban: j'attend mon premier enfant, je repère un problème, je vais à la maternité, on me dit que mon bébé va arriver et EST vivant (le coeur bat) on m'installe en salle, je suis laissée SEULE, avec ma douleur, j'appelle à l'aide, personne ne vient, alors que 8 personnes au moins auraient pu intervenir et sauver le bébé.

    Qu'est-ce que je me dis? Qu'effectivement, on en a parlé juste avant, on désorganise volontairement en haut lieu les maternité pour faire des économies sur le dos des femmes et de leurs nouveaux nés, et que forcément, ce genre de drame va se multiplier et qu'il est urgent de faire quelque chose? Ou que quand même, c'est gonflé de demander une revalorisation alors qu'on laisse mourir les bébés?

    L'information aurait pu être traitée différemment. Etre mise en lien avec les autres drames qui auraient pu être évités (je pense par exemple, à cet hélicoptère qui s'est écrasé en Corse avec à son bord une femme qui venait d'accoucher, son bébé, le/la pilote, le/la médecin et l'infirmier(e), la faute à la fermeture des petites maternités jugées dangereuses), avec le fait qu'actuellement, est considérée comme petite maternité toute maternité qui acceiulle moins de 1000 naissances par an (contre 200 puis 500, et après, on fermera les moins de 2000?) L'objectif étant de concentrer les moyens pour soit disant plus de sécurité...

    Des drames comme ça, ça peut arriver n'importe où, de ne pas pouvoir physiquement repérer le problème parce qu'on ne peut pas se couper en deux, ou de ne pas pouvoir répondre à une sonnette parce qu'on a besoin de tous les bras disponibles. (et qu'on nous en enlève des bras, justement)

     

    Ca peut arriver n'importe où, et c'est aussi monstrueux  Et tinote, si les chiffres rendent tatillon, 24 SA, c'est 5 mois, et tout ce que ça change, c'est que rien de raisonnable n'aurait pu être tenté pour ce pauvre petit, et que donc, ça enlève la notion de "faute de soin, son bébé meurt" pour la remplacer par "faute de disponibilité, elle affronte seule cette épreuve"

    17
    Jeudi 12 Mai 2011 à 23:28

    tinote, et si dans la salle à côté une femme accouchait, la sf devait ne pas y aller??? j'ai accompagné des naissances, des comme la tienne où le bébé est décédé avant l'accouchement, des où le bébé était décédé avant, des IMG... bien sûr que cette femme n'aurait pas du être seule, bien sûr qu'elle avait droit à un accompagnement, je ne nie pas ça! mais si une femme poussait dans la salle d'à côté, la sf ne pouvait techniquement pas être partout... et l'AS non plus...

    aller chercher quelqu'un d'un autre service? tu vis dans un monde de bisounours, désolée...

    18
    Jeudi 12 Mai 2011 à 23:33

    le problème ce n'est pas "ouh la vilaine sf qui a laissé la maman seule" mais "ouh les vilains dirigeants qui enlèvent du personnel alors qu'il y en a besoin"... ne nous trompons pas de combat... 1 sf seule en salle avec 800 naissances, ça implique une non-disponibilité...

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    19
    lmo
    Jeudi 12 Mai 2011 à 23:38
    lmo

    Je rejoins Tinote et Ludyvine.


    Cette femme n'avait pas à se retrouver seule pour accoucher, peu importe à qui revient la faute. Cette femme (et son compagnon, leurs familles) vit un drame et l'a vécu seul, c'est intolérable.


    Et c'est vrai que l'information a été très mal relayée, comme toujours. On privilégie le "sensationnel" au détriment de l'information, la vraie. Ce qui arrive aux hôpitaux en France et au système de santé est dramatique.


    Ambre, je crois que tout le monde a compris ça ici.

    20
    Jeudi 12 Mai 2011 à 23:41

    mais je suis complètement d'accord, c'est intolérable qu'elle ait été seule... ce qui me gêne, c'est que si on écoute les infos, l'équipe était incompétente et c'est de sa faute si ce bébé est mort... et ça, ça ne peut que me révolter... et quand tinote dit que quelqu'un du personnel aurait pu se détacher... et bien malheureusement non, on n'est pas assez nombreux pour ça...

    21
    Knackie Profil de Knackie
    Jeudi 12 Mai 2011 à 23:49

    Précision conernant la viabilité oui c'est 22SA et/ou 500g selon l'OMS. Ce sont des limites arbitraires, dans les faits au jour d'auourd'hui aucun enfant ne vit en naissant à 22SA.
    Ambre est bien gentille en disant qu'on réanime à 24SA. C'est plus vers 25/26SA avec une prise en charge anténatale (cure de corticoïdes, deux injections à 24h d'intervalle pour maturer les poumons du foetus).
    Enfin en France et depuis un peu plus d'un an, nul besoin d'avoir un enfant né après 22SA et/ou 500g pour le faire inscrire sur le livret de famille et récupérer le corps. Le seul critère est qu'il soit "formé" en gros qu'il ressemble à un bébé (ce qui nous donne à peu près 14SA). Ca ne signifie pas pour autant qu'il peut vivre.

    Accoucher avant la limite où on peut réanimer reste une fausse couche tardive. Pouvoir écouter le coeur ne fait pas du foetus une personne pouvant vivre extra-utéro, les battements cardiaques sont audibles à l'écho dès 7 ou 8SA. Dans ce cas si, tel qu'il est présenté on est dans la case "fausse couche tardive".

    22
    Ludivyne
    Jeudi 12 Mai 2011 à 23:50

    Tapez dans google actualités "hopital de Montauban" et vous verrez les titres (désolée je n'arrive pas à mettre de lien)

    Le titre le plus fréquent "elle accouche seule, son bébé meurt", et des articles bien à charges, des commentaires du type la sage femme était partie fumer? ou j'espère que cette sage femme sera punie.

    L'objectif est atteint, le discrédit est en route.

    23
    lmo
    Vendredi 13 Mai 2011 à 00:00
    lmo

    A la rigueur, peu importe qu'il s'agisse ou non d'une fausse couche tardive, non?


    Le fait est qu'une femme a accouché seule de son bébé mort... Déjà accoucher seule d'un bébé vivant, c'est pas évident. Accoucher accompagnée d'un bébé décédé, c'est atroce, mais accoucher seule d'un bébé qu'on entendra jamais pleurer, il n'y a pas de mots! Peu importe qu'il ait été viable ou non, qu'elle l'ai perdu à 22 ou 36 SA!


    Je suis assez d'accord quand il s'agit de dire qu'une femme dont on sait qu'elle accouche d'un bébé qu'elle va devoir enterrer ensuite mérite un peu plus d'égards que ça. L'équipe a sans doute fait ce qu'elle a pu et c'est bien entendu le manque d'effectif qui est la cause premieère de ce drame (et par drame j'entend le fait qu'une femme ait dû accoucher seule d'un bébé qu'on savait pas viable) mais l'équipe n'est peut être pas toute blanche non plus.


    Ce n'est pas parce qu'une sage femme fait une erreur que toutes les sage-femmes sont des incompétentes. Défendre bec et ongle une équipe qui a peut être foiré quand même un peu à un moment donné (ou peut être pas, mais c'est l'absence de mise en doute qui me gêne) ça n'arrange pas le problème.


    J'ai pour ma part eu la chance d'accoucher deux fois dans des conditions idéales. La seconde fois bien plus encore que la première, avec une équipe présente, attentive, respectueuse... J'ai du mal à concevoir que toutes les femmes n'aient pas le droit à ce traitement (que je ne juge pas comme une faveur mais comme un droit).


    10 mois avant cet accouchement fabuleux, j'ai été dans ce même hopital où on m'a annonçait que je perdais mon bébé (qui n'avait que 10 sa, donc seulement un embryon, mais dont le coeur battait encore) sans prendre aucun gant. Ok, une FC à 10 sa, c'est rien pour un obstétricien qui voit bien pire. Dans ma vie de maman ça reste une épreuve (surmontable et minime, mais sur le coup c'est dur). Ce médecin était peut être fatigué et tout ce qu'on veut. Ou manquait juste d'empathie (à coté de ça il a été très pro, enfin, de ce que je peux en juger en tant que patiente)


    Tout n'est pas blanc ou noir, c'est juste là que je veux en venir. Il y a eu un drame intolérable et il y a des fautifs. LEs principaux fautifs sont évidement le manque d'effectif et la surcharge de travail des équipes en maternité. Je suis bien d'accord. Mais peut être que l'équipe présente à ce moment là n'est pas blanche comme neige non plus. Non?

    24
    lmo
    Vendredi 13 Mai 2011 à 00:04
    lmo

    Après, je suis d'accord, la coïncidence avec la grève des sage-femmes (que je soutiens comme je peux, par la pensée donc!) est suspecte. Des cas comme celui ci doivent arriver sans que jamais personne n'en parle. Et là, paf, on jette le discrédit sur une demande pourtant tellement légitime.


    C'est écoeurant et en cela je partage votre rancoeur et votre colère.

    25
    Vendredi 13 Mai 2011 à 08:31

    surtout que ce qu'on demande lmo, et que les journalistes ont oublié, c'est aussi l'augmentation des effectifs....

    knackie, en général effectivement on réanime à 25, mais certaines équipes (dont nous quand ça nous tombe dessus) le font à 24, ce qui ne veut pas dire que je cautionne (d'ailleurs je n'ai jamais vu un bébé réanimé à 24 survivre perso)...

    26
    Tinote
    Vendredi 13 Mai 2011 à 08:37

    Ambre et Knackie : bien évidemment que je dis pas "ouhhh la vilaine sage femme ! oui je trouve ça incroyable ces réductions de personnel qui mettent et le personnel et les jeunes parents dans des situations de folie telle que celle là... ma soeur est infirmière et elle a bossé en longs séjours, elle avait le week end 60 patients à gérer seule (en tant qu'infirmière, il y avait d'autres professions dispo mais bon) et ce sur deux étages... la folie furieuse !

    pour mon 3e enfant (2e à la maison) né il y a trois mois, j'ai accouché la journée, et la sage femme a été absente tout le temps, uniquement présente pour les gestes purement techniques et point barre ! elle avait des monito à poser, etc... bref, disponibilité zéro, sachant qu'en plus elle n'était pas du tout dans le trip physio, ben mes attentes d'être accompagnée par une sage femme, j'ai dû m'asseoir dessus alors que je sais combien c'est nécessaire d'être accompagnée justement... du coup moi qui ne voulais pas de péri je l'ai demandé, et là elle a été présente pour poser la perf et tout le tralala... là au lieu de poser la perf, assister l'anesth à installer le matos, etc... elle m'aurait encouragé, tenu la main, etc... pour aller dans le sens de mon projet de naissance sans péri, ça ne lui aurait pas pris plus de temps et ça aurait changer pas mal de choses... alors bon, oui elle était seule en salle de naissance, c'est inacceptable (maternité à 500 acc/an), mais qu'aussi, elle en tant que personne et en tant que sage femme désolée mais elle n'a pas fait son job qui consiste à aider la maman dans le sens qu'elle attend initialement non ?

    Bref, le sujet est vaste et de toute façon depuis que l'économie est entrée dans le médical on ne peut pas s'attendre à ce que ça roule bien, mais là comme dit Lmo, c'est le fait que là vous soyez à forcement dire qu'il n'y a rien à reprocher à l'équipe médicale... on n'en sait rien, dans un sens ou dans l'autre.

     

    Ludivine : je suis d'accord, les journalistes sont des abrutis à vouloir faires des gros titres... ça décrédibilise sans doute ceux qui font correctement leur job... rien qu'à voir le dernier scandale du couple végétalien qui perdent leur fille de 11 mois visiblement de malnutrition, tout ce que les journalistes ont dit c'est "elle était allaitée quasi exclusivement"... le raccourci de "c'est à cause de l'allaitement est vite pris"... c'est comme ça, fait faire mousser l'info pour la rendre plus dégoulinante de sang, ça fait vendre... on n'a plus les executions sur la place de Grève à se mettre sous al dent, faut bien assouvir l'instinct malsain de l'être humain d'une autre manière maintenant...

    27
    Tinote
    Vendredi 13 Mai 2011 à 08:41

    quand à la notion de viabilité je parle en émotionnel, pas en technique... qu'importe qu'à 22sa on puisse réanimer ou pas, c'est pour les aprents, pour leur travail de deuil et de résilience que c'est important que leur enfant ait été reconnu comme un être vivant à part entière et pas juste comme une fausse couche justement... moi rien que le fait que mon fils, même né sans vie à terme n'ait pas respiré ni ouvert les yeux change pleins de choses je suis sûre... il aurait vécu 1 jours je suis sûre qu'autour de nous je n'aurais pas à batailler contre ceux qui le considère comme justement pas grand chose de plus qu'une fausse couche... En tant que praticien c'est aussi important que vous sortiez de l'aspect purement technique "réanimable ou pas" pour considérer les parents auquels vous êtes confrontés dans ces situations autrement... car eux le sentiront aussi, et pour eux ça peut changer beaucoup de choses aussi... oui vous êtes pas là pour faire les psy, mais bon sans avoir l'air, quand justement on est confrontés à ça, le comportement des personnes autour aide ou n'aide pas, c'est une réalité.

    28
    Vendredi 13 Mai 2011 à 08:47

    tinote, le travail de deuil doit aussi se faire pour une fausse-couche, quelque soit le terme c'est un bébé que l'on perd et c'est dur, on est bien d'accord... ce qu'on a voulu dire par "réanimer ou pas", c'est plutôt que les journalistes ont l'air de dire que c'est parce que l'équipe n'était pas présente que ce bébé est décédé...

    et, bien sûr que toutes les sf ne sont pas irréprochables, l'accompagnement fait partie de notre boulot, ça devrait même être la part la plus importante, ce que tu dis rejoint un article récent de knack', sur le fait que les sf deviennent de plus en plus des "techniciennes"...

    29
    Tinote
    Vendredi 13 Mai 2011 à 08:59

    oui c'est triste... et pour le coup j'ai pas eu de bol car il y a 17sf dans cette maternité, je les connais quasi toutes (ben oui, 3e accouchements dont un "spécial" donc on se rappelle facilement de nous pis je suis pas mal dans les trucs associatifs autour de l'allaitement et portage) et seulement deux sont pas du tout dans le trip physio et accompagnement humain, et pas de bol j'accouche le jour où celles qui me vont sont pas là... bon, c'est pas dramatique mais c'est décevant surtout... c'est clair que je sais pas où ça va mener tout ça, quand je vois qu'ici des gens manifestent contre la fermeture d'une maternité "trop petite donc pas assez sécurisée", et que les pouvoirs publics veulent faire une sorte de super centre énorme de la naissance soit disant mieux pour les mamans, ça fait bondir... bientôt on va se retrouver avec une augmentation des accouchement sur bords de route ?

     

    je suis d'accord sur le travail de deuil à tout stade... mais faire une fausse couche précoce et accoucher d'un bébé de 3kg c'est pas la même chose, physiquement, hormonalement parlant, au niveau aussi de la projection... bref, chaque deuil est différent, ni plus, ni moins, mais différent...

    30
    Vendredi 13 Mai 2011 à 09:52

    Hello,

    Merci Knackie pour cet article, et merci pour les commentaires.

    J'étais chez mes parents au moment où cette info est passée au JT (ne me demandez pas sur quelle chaîne, je ne connais plus les têtes et le décor, ne regardant jamais plus la TV). 

    Alors, je livre ici ma réaction de femme mère qui entend cette nouvelle à la TV.

    J'étais en colère.  Clairement.  Contre qui?  Contre le système hospitalier qui fait qu'une femme accouche seule dans un hôpital.  Ma première pensée fut de me dire: quel luxe nous avons eu, nous!  J'ai accouché en Maison de naissance et ai bénéficié des soins exclusifs d'UNE sage-femme, puis de deux sages-femmes à partir de la poussée.  2 sages-femmes toutes dévouées pour notre accouchement ! donc, j'ai eu le 1 femme = 1 sage-femme; j'ai même eu droit à 1 femme = 2 sages-femmes.

    Alors, ce que je lis ici me confirme dans mon scepticisme par rapport à l'hôpital.  Quand la grossesse se passe bien, d'autres solutions existent que l'accouchement à l'hôpital où l'on croit être dans un milieu "(sur) protégé".  A vous lire, on voit que c'est loin d'être le cas.

    Ensuite, je n'avais pas fait le lien avec la grève des SF.  Merci Knackie d'avoir soulevé cette "coïncidence".  Ouai, l'info de masse, clairement, elle est bof bof..Heureusement, grâce au net, des alternatives existent.

    Alia

    31
    Ludivyne
    Vendredi 13 Mai 2011 à 10:15

    Alia Ngo, ça nous met en colère aussi.

    Aujourd'hui dans la dépèche, plus d'informations sur l'évênement, et là c'est limpide: ça aurait vraiment pu arriver n'importe où.

    Au moment où cette femme arrive, on a: une sage femme (certainement celle affectée normalement en salle de naissance), un médecin et une auxilliaire (certainement celle affectée normalement en salle de naissance aussi) dans une salle avec un accouchement difficile; une deuxième sage femme (certainement venue en renfort) qui accueille cette femme, entend un cri, va voir ce qu'il en est, constate que c'est une femme qui accouche, procède à l'accouchement, revient auprès de la première et ne peut que constater que l'enfant est né et n'a pas vécu.

    On dit bien que c'est la fermeture d'une "petite" maternité aux environs qui a provoqué un afflux de parturientes à Montauban, et que ce genre de situations a tendance à se reproduire

    Et ça, ça met en colère.

    On rentabilise la vie des gens dans l'indifférence générale

    32
    Vendredi 13 Mai 2011 à 10:23

    "Bref, le sujet est vaste et de toute façon depuis que l'économie est entrée dans le médical on ne peut pas s'attendre à ce que ça roule bien" de Tinote

    "On rentabilise la vie des gens dans l'indifférence générale" de Ludiivyne

    Voilà, vous avez soulevé l'enjeu sous-jacent.  La fermeture des "petites" maternités au profit de "grand centre" de naissance,comme si ce qui était grand, moderne, haute technologie peut palier l'humain, l'empathie et le soutien moral.  Pfff.

    33
    lmo
    Vendredi 13 Mai 2011 à 10:29
    lmo

    @Alia Ngo: Je rejoins totalement ton dernier commentaire.


    Je ne crois pas que l'indifférence soit générale cependant. Les femmes et parents sont sans doute tous dans la tristesse et la colère que leurs vies et celles de leurs futurs bébés ne valent plus grand chose.


    Je crois qu'il n'y a pas que les sage-femmes qui devraient être dans la rue, mais aussi toutes les femmes, toutes les mamans et les papas!


    (Et désolée, j'ai l'impression d'arriver comme un cheveux sur la oupe et m'immiscer sur un blog que je découvre tout juste. Merci en tout cas pour ce débat très intéressant et sur les précisions qui m'ont permis d'avoir un regard plus objectif sur cette triste affaire. :))

    34
    Vendredi 13 Mai 2011 à 10:37

    je viens de tomber sur cet article là, il m'a fait bon dir, "était-ce la pause café", ben oui c'est bien connu, quand une femme accouche prématurément on s'en fiche, on préfère prendre notre café...

     

    35
    Vendredi 13 Mai 2011 à 10:39

    j'ai lu aussi des commentaires sur d'autres sites qui disent que c'est parce que les sf font les accouchements seules sans gynéco que ce genre de drames arrivent... ben voyons...

    36
    lmo
    Vendredi 13 Mai 2011 à 10:48
    lmo

    Ambre, cet article est d'une stupidité incroyable...


    C'est vrai qu'en ayant le "paramètre" viabilité du bébé, on peut réflechir plus "posément" (je ne sais pas comment le dire).


    J'ai une amie qui a accouché seule, chez elle (aidée d'une amie présente, absolument pas sage-femme), les pompiers sont arrivés, le bébé était né. En parfaite santé.


    Là ils fonts supposer que pour accoucher d'un bébé en bonne santé il faut obligatoirement une équipe médicale au grand complet... Or l'équipe est là pour accompagner une femme, pas pour accoucher à sa place.


    C'est assez dramatique de reporter la faute uniquement sur le personnel médical (qui a peut être été incompétent, on ne sait pas) alors que le réel problème est le manque de personnel!!!


     


    Ambre, je veux bien le lien vers la dépêche qui donne des précisions, s'il te plait.

    37
    Vendredi 13 Mai 2011 à 10:56

    c'est ludivyne qui a trouvé l'article dans la depeche, je ne trouve pas sur le net mais je veux bien le lien aussi...

    quant à cet article sur radinrue... c'est juste à vomir... ils laissent entendre (et ce ne sont pas les seuls) que c'est parce que c'était un accouchement prématuré qu'elle a été laissée seule... j'invite les journalistes à venir dans les mater un jour de rush, histoire de se rendre compte... j'ai souvenir d'avoir "laissé tomber" une femme qui faisait des crises de stress monstrueuse après son accouchement pour aller m'occuper d'une autre femme qui accouchait d'un bébé mort-né, on doit souvent faire des choix, pourtant on aimerait être partout... cela illustre nos revendications d'hier: une femme, une sage-femme!

    38
    Vendredi 13 Mai 2011 à 11:02

    j'ai trouvé le lien : article la depeche

    39
    lmo
    Vendredi 13 Mai 2011 à 11:04
    lmo

    En tant que patient (que ce soit pour accoucher ou n'importe quoi d'autre) ce que l'on voit, c'est la non disponibilité du personnel, la froideur, la rapidité, on a l'impression d'être un numéro qu'il faut vite balancer dehors pour faire place au suivant.


    On ne voit pas le manque de personnel et tout ce que ça implique: fatigue, stress, impossibilité d'être partout, devoir gérer les priorités, l'éreintement, la colère, etc etc...


    Pour les journalistes, il est très facile de lancer l'opinion publique sur "Les équipes médicales sont toutes incompétentes!" plutôt que sur "le gouvernement fait n'importe quoi en réduisant les effectifs, mettant en péril nos vies!"


    C'est très triste...

    40
    Tinote
    Vendredi 13 Mai 2011 à 11:13

    "une femme, une sage femme", ça serait tellement chouette !!!

     

    moi pour le prochain du coup soit je vois pour accoucher en plateau technique, soit en aad ... du coup ça ne sera pas dans "ma" petite maternité, dommage .... (sauf s'ils ouvrent un pt d'ici là) : je ne veux plus compter sur le hasard de quelle sage femme ! 'bon soit dit en passant les sf qui m'ont accompagnée pour la naissance de mes 2 premiers enfants ont été vraiment formidables !)

    41
    Vendredi 13 Mai 2011 à 12:25
    La poule pondeuse

    Je suis atterrée que ce triste incident ne conduise pas à une remise en question des responsabilités réelles dans cette affaire, à savoir la politique de santé publique et d'organisation des maternités. Je suis depuis longtemps convaincue par "une femme, une sage-femme", c'est d'ailleurs pour ça que j'ai accouché de mon deuxième en accompagnement global. Ce n'est certainement pas un monitoring qui va remplacer la surveillance par une sage-femme (même si c'est ce vers quoi on s'achemine). Et merci à Knackie de rappeler, encore et toujours, que c'est la femme qui accouche, et pas le médecin ou la sage-femme (sauf quand elles passent de l'autre côté des étriers...).

    42
    Une puer'
    Vendredi 13 Mai 2011 à 13:26

    On ne peut pas empêcher les gens de commenter à tort et à travers sur cette affaire, surtout au vu de ce que nous pondent les journalistes...


    Quand je lis les commentaires sur la dépêche avec cette femme qui dit, je cite : "Je suis née à 5 mois et demi, je faisais 1 kg 600 à la naissance et cela fait 43 ans", j'hallucine...
    Je bosse en réa néonat et pédiatrique. Des grands prématurés, j'en vois tous les jours...

    Enfin bref, cet enfant effectivement n'aurait de toutes façons pas été réanimé... Les séquelles auraient été trop importantes.
    Cependant, c'est triste que cette femme ait du vivre ça toute seule. C'est une tragédie. Elle aurait du être accompagnée, soutenue.

    Mais qu'auraient pu faire les membres du personnel ? Ils étaient débordé, ils ont géré les priorités et ont fait ce qu'ils ont pu avec les moyens qu'ils avaient.


    On n'a malheureusement pas encore le don d'ubiquité, qui serait pourtant trèèèès utile dans nos professions...
    Combien de fois on me demande de préparer 36000 choses en même temps... Je répète à chaque fois que je n'ai que 2 mains, je fais au plus vite...
    J'imagine que pour vous aussi, c'est pareil...

    Bref, ils attendent quoi les membres du gouvernement ? Un énième décès ?
    L'hopital va mal, le personnel de santé n'en peut plus...
    Et on ose encore dire que ce sont des fainéants...

    J'en ai ma claque de tout ça... J'adore mon métier mais pas les conditions dans lesquelles je l'exerce....
    Bon courage aux SF et autres professions liées.

     

    43
    yann frat
    Vendredi 13 Mai 2011 à 13:35
    yann frat

    Je me permets un petit pas de coté juste 5 minutes...

    Moi je dis qu'un jounlaiste qui emploie les termes "drame effroyable" puis la FABULEUSE expression "sortirs de ses GONGS" (ce qui doit faire mal... ou un drôle de bruit...) Devrait retouner immédiatement commenter les mariage princiers au nouveau détective, et encore...

    On ne peut pas porter plainte pour "incompétence notoire" contre un journaliste? non? et ben des fois c'est dommage...

    "Sortir de ses gongs", j'te jure...

    Sinon evidemment cet accident me laisse amer et perplexce... Mais c'est un autre débat...

    a+

    yann

    44
    Vendredi 13 Mai 2011 à 15:59

    Hier, en renrant de la manif des Sages femmes, je regarde les chaines d'info & internet pour voir l'écho donné.... rien vu ni entendu sur le sujet qui m'interesse ; à la place je découvre cette triste histoire à Montauban.

    Au delà du drame vécu par ce couple, je suis passablement énervée de voir les journalistes montrer une telle subjectivité, tomber dans le "sensasionel" (encore, j'aurais lu Gala ou Voici je dis pas ...) sans traiter le sujet de fond : le manque de personnel, les économies faites au détriment des patients .. et au passage faire le lien avec la grève d'hier !

    Alors quoi ? Les conséquences dramatiques de la restructuration hospitalière, c'est tabou ?

    Ce midi, je regarde le JT de TF1 sur le service Replay (ouais, je sais, je suis maso...)

    Sincèrement, si je n'avais pas eu l'occasion de sicuter avec des SF en préparant mes accouchements (suivi global avec une SF géniale !) puis ensuite sur des blogs & co ma réaction aurait été "honte au personnel médical qui a laissé cette femme seule, et qui a laissé mourrir ce bébé"...et la mimique de Laurence Ferrari a la fin du sujet aurait conforté cet opinion.

    "Une femme = une sage femme" : on ne connait pas à TF1, la manif d'hier : on n'en a pas entendu parler...

     

    Par ailleurs, en lisant les commentaires assassins sur les journaux en ligne et tous les témoignages du style "moi aussi, on m'a laissé seule pour l'accouchement", "les soignants n'étaient pas là quand mon bébé est sorti".... je me demande bien en quoi la mater nous offre cette sacro sainte sécurité que ne sauraient nous procurer les maisons de naissances (ne parlons pas des AAD... )

    N'y aurait il pas là un léger parfum de mauvaise foi ? hum ?

    45
    Vendredi 13 Mai 2011 à 16:03

    désolée pour les fautes de frappe : j'ai deux mini sur les bras (dont l'un, au sens littéral)

     

    46
    elly10
    Vendredi 13 Mai 2011 à 19:21

    Ce n'est que le début:

    http://www.yeca.fr/44212-lille-une-sage-femme-interrompt-une-grossesse-par-megarde.html

    Une ESF provoque une erreur médicale, (visiblement a donné du Cytotec à une patiente venue pour un cerclage et non pour un curetage).

    Alors soit les journalistes:

    1) Cherchent à montrer au gouvernement que les hopitaux sont en sous effectif chronique, que le personnel n'est pas suffisant pour prendre en charge efficacement toutes les patientes et encadrer les esf.

    2) Cherchent à montrer que les (e)sf sont des incapables finies, qu'elles confondent les patientes, qu'elles provoquent des avortements et que les enfants décèdent à la naissance faute de soins (vieil argument vieux de plusieurs siècles)...

    Malheureusement j'ai peur que le grand public penche pour la 2e option. Mais le fait de porter l'accent sur les accidents médicaux juste au moment de notre mobilisation n'est pas en notre faveur.

    J'aime bien les commentaires des journalistes sur l'hopital de Montauban: "déjà deux nouveaux-nés sont morts depuis le début de l'année"... heu vous voulez que je vous dise le nombre de morts nés et de morts néonatales dans les grands CHU parisiens depuis janvier???? Plus les morts maternelles! Tout le monde accouche à l'hopital (sauf 1-2% de AAD) donc tout les décès périnataux y surviennent c'est normal! Et oui, même en 2011, des mères et des enfants décèdent à la naissance! (surtout à 24SA)

    J'aime bien aussi les comm': "je suis né à 24SA en 1980 et je vais très bien" (ca c'est de l'Evidence Based Medecine!). Evidemment le grand IMOC au fin fond de son institution ne viendra pas raconter son parcours (calvaire) de réa. D'ailleurs ca m'étonne puisqu'avant le milieu des années 90 on ne réanimait pas avant 28SA...De plus, pour avoir vu les (rares) centres ou on réanimait avant 25SA, les chiffres de survie étaient certes encourageant mais encore faibles. Comme disait Ambre, je n'ai jamais vu de 25SA (ou moins de 600-700g) survivre!

    47
    Une Puer
    Vendredi 13 Mai 2011 à 19:41

    C'est vraiment déprimant tous ces commentaires... Comme dit Elly, les com "moi je" me font bien sourire.. J'en ai vu un d'une femme dont le frère est né il y a 40 ans à 24 SA, 38 cm et 1.6 kg... Hmmmmmm......

    Bref....

    Malheureusement, le public va rester sur la 2° option, à savoir que le personnel médical est incompétent, qu'on se plaint la bouche pleine, etc etc...Rien qu'à voir le lynchage sur les différents sites...

    Pour le nombre de décès, idem, si on comptait tous les enfants morts depuis le début de l'année dans tous les CH de France, ben ça ferait peur... En même temps, entre les interruptions de grossesses, les enfants morts-nés, les enfants qui décèdent après la naissance en réa et ceux qui décèdent plus âgés suite à un problème x ou y... Bref, on meurt à l'hôpital, oui, ça arrive...

    Cette désinformation est quand même hallucinante... Mince, un bon journaliste essaierait de faire un sujet sur les problèmes de l'hôpital, sur les sous-effectifs permanents, les heures sup, le personnel rappelé sur ses repos.. Mais non, on pointe du doigt le mauvais hopital qui a laissé mourir un bébé (mode ironique hein... ;))

    Et concernant les réa sur les 24 SA... Des enfants nés à ce terme qui vont parfaitement bien, il y en a... Mais combien ??? Et combien sont décédés en parallèle ? Et combien sont lourdement handicapés ?

    Mais non, pour les gens, le raccourci c'est "le coeur bat = il est viable = c'est un meurtre"

     

    48
    Vendredi 13 Mai 2011 à 20:10

    1.6kg à 24SA... mais oui mais oui...

    49
    Une Puer
    Vendredi 13 Mai 2011 à 20:12

    N'est ce pas ? J'ai trouvé ça.. drôle ^^

    Ambre, c'est toi qui avait un blog sur ta profession SF non ? Je le lisais régulièrement =))

     

    50
    Vendredi 13 Mai 2011 à 20:13

    pour ce qui est de l'erreur de l'ESF... je la trouve impardonnable, même si effectivement, elle est peut-être due à un "surbooking"... mais dans ce cas, on vérifie l'identité de la patiente... c'est pas dur de demander "vous êtes bien Mme X?"... on apprend ça à l'école en première année... et la SF qui l'encadrait aurait du s'assurer de ça...

    51
    Vendredi 13 Mai 2011 à 20:13

    mlle puer: oui c'est moi, le blog existe toujours mais est privé, envoie moi un mail si tu veux y avoir encore accès...;)

    52
    Une Puer
    Vendredi 13 Mai 2011 à 20:20

    Cette erreur là est effectivement très grave... Surtout quand on administre un médicament tel que celui ci... Quand on voit les conséquences...
    De toutes façons, le risque d'erreur existe tous les jours dans notre boulot, d'autant plus quand on est surbooké.. Mais une simple vérification d'identité aurait pu éviter ce drame... :s

    53
    Vendredi 13 Mai 2011 à 20:22

    je suis d'accord... on peut comprendre certaines erreurs, mais là...

    54
    Une Puer
    Vendredi 13 Mai 2011 à 20:24

    HS : Ambre, j'ai retrouvé le mail que tu avais envoyé quand tu as passé ce blog en privé. Je m'inscris et t'envoie le pseudo de suite ;)

    55
    DocCapuche Profil de DocCapuche
    Vendredi 13 Mai 2011 à 21:06

    Cette loi des séries, ça me rappelle l'été dernier (ou il y a 2 ans) où tous les jours (ou presque) un enfant mourait dans un hôpital à cause d'un médecin incompétent et où un homme mourait d'un infarct à cause du manque de place dans un hôpital.

    Une fois que les journalistes se sont "penchés" (de très loin) sur un sujet (ou une profession dans ce cas), ils ressortent tous les cas à scandale qui peuvent les faire vendre. Et la mode passe en quelques semaines.

    C'est du "sensationnalisme", pas du journalisme. Et ça n'a aucun intérêt. Mais ça peut influencer l'opinion du grand public (qui est déjà sous-informé sur la profession de sage-femme).

    56
    eo
    Vendredi 13 Mai 2011 à 22:11

    Il y a autre chose qui me frappe.

    T'as fait pipi sur 3 tests et tu as as vu une barre rose, un plus, un mot "enceinte de 2-3 semaines" ? Courre donc chez ton "gygy" , pour qu'il te dise si t'es enceinte. Waouh, il te l'a confirmé, dis-moi pas que c'est pas vrai, et t'as même pas eu d'écho, ma pauvre.

    T'es enceinte ? Vas donc voir ton gygy tous les mois, ils font qd même des études ces gens là.

    Tu vas accoucher où ? Ah oui là-bas, c'est là que bosse ton gyné ? Ah ouais c'est trop bien là-bas, ils m'ont déclenchée dès le 9ème mois j'en avais trop marre, et puis mon gyné nous a sauvé mon bébé et moi avec son forceps et son épisio, heureusement qu'il était là.

    Moi ce qui me frappe c'est que tout le monde a le réflexe : grossesse et accouchement = gynécologue, et comme qd par hasard ça se passe mal, mais que faisait la SF ??!!!

    Sortir ça aujourd'hui ce n'est surement pas un hasard.

     

     

     

     

    57
    Tinote
    Samedi 14 Mai 2011 à 08:50

    Eo : héhé ici trois grossesses et j'ai fait pour toutes le suivit avec des sages femmes libéralles :D ! d'ailleurs ça a surpris pleins de gens autour de moi qui comprennent mal le truc : est s'il y a un soucis ? elle fait aussi les échos ? mais tu accouches à la maison ? etc... bref, les gens sont forcement tout noir ou tout blanc, ne comprennent pas qu'en cas de grossesse patho la sage femme peut nous envoyer vers un gynéco, bref, que rien n'est irrémédiable !

     

    Quand à l'article sur l'histoire de Lille... pfff c'est minable ! (l'article), mal écrit, c'est même pas du sensationnel de Closer, c'est du ras des paquerettes...

    ce que je ne comprend pas c'est que c'était une élève sage femme première année... à ce stade on peut donner des médocs ? qui plus est des médicaments avec de telles conséquences ? elle ne devait pas être avec forcement une autre sf qui la chapeaute tout le temps, en gros qu'elle bosse forcement en binôme ? Bref, peut être encore des pb de personnel, qui fait que des stagiaires se retrouvent à faire un boulot qui n'est pas le leur... je plains les parents de ce bébé mort, mais aussi cet élève sage femme qui doit être très très mal à l'heure qu'il est :(

    58
    Samedi 14 Mai 2011 à 08:53

     ben si, elle aurait du être chapeautée... le souci, c'est que dans les grosses mater les esf sont de la main d'oeuvre gratuite plus que des stagiaires... elle doit se sentir très mal effectivement à l'heure qu'il est...

    59
    Tinote
    Samedi 14 Mai 2011 à 09:16

    oui c'est clair... j'espère qu'elle ne sera pas la seule à morfler "administrativement parlant"... que cette histoire serve à mettre en lumière ce genre de situation qui ne doit être pas la première à arriver et qui met l'élève sf dans une situation illégale et anormale...

     

    60
    Samedi 14 Mai 2011 à 09:18

    la sf va être mise en cause, quand on encadre une esf c'est notre responsabilité qui est engagée...

    61
    Tinote
    Samedi 14 Mai 2011 à 09:40

    et il y a des possibilités que la direction ou le mode d'organisation engendrant le manque de personnel hospitalier en soit remis en cause une seconde ? (ou au moins pointé du doigt ?)

     

    j'ai bien peur que ta réponse soit genre "on peut toujours rêver" ...

    62
    Samedi 14 Mai 2011 à 10:47

    Les journalistes sont très souvents (volontairement) à côté de la plaque, ce n'est pas nouveau. La couverture médiatique de l'évènement est en effet assez minable pour ne pas dire nuisible au mouvement qui a lieu dans le milieu des sf. Bref, conclusion : si vous voulez que ça avance il faut que 1) vous vous fassiez des amis dans le milieux du journalisme, 2) que vous ayez un vrai service com. Qui a dit que c'était scandaleux ?

     

    PS: L'histoire est fort triste, j'ai moi même, comme beaucoup de mères, regretté que la sf de mon accouchement ait 3 accouchements à gérer en même temps avec 3 travail en cours (avec moi 7 bonnes femmes, elle a du perdre 15kg en un jour à courir d'une urgence à l'autre, et toujours avec le sourir, incroyable cette femme), j'imagine l'horreur de la fausse couche seule dans la salle d'accouchement. ça reste très triste.

    63
    MCSF
    Samedi 14 Mai 2011 à 12:32

    Je suis d'accord que les étudiants doivent être encadrés. M'enfin quand même, ça ne me semble pas être un manque d'encadrement que de lui mettre une pilule en main en disant "Donne ça à Mme Truc". On le fait tout le temps parce que le but est qu'elles deviennent des SF autonomes et responsables, alors même en 1ère année, on ne les suit pas à la trace.

    Ca peut être ça "donner un médicament", ce n'est pas forcément prendre l'initiative de donner tel médoc, le chercher dans la phramacie et le faire avaler à la dame (de force sous la menace de faire débarquer Knackie sinon, gnark gnark...)

    64
    Tinote
    Samedi 14 Mai 2011 à 12:44

    certes, mais filer un doliprane et un medoc abortif c'est pas tout à fait la même chose ...

    65
    Une Puer'
    Samedi 14 Mai 2011 à 13:49

    Ben que la SF soit pas collée aux basques de l'étudiante, en soit, ça ne me choque qu'à moitié... (bon, quand j'encadre des étudiants, je suis souvent collée à eux ^^ mais à l'inverse, je lache du lest quand je leur fais confiance... il faut aussi apprendre à être autonome)

     

    Le hic là, c'est que cette étudiante a donné un médicament à but abortif à la mauvaise patiente, sans vérifier son identité.
    C'est le B-A-BA de la profession que de vérifier l'identité des patients, en raison du risque d'erreur... D'autant plus quand on manipule ce genre de médicaments qui ont des conséquences importantes...

    Malheureusement l'erreur est humaine et cette étudiante va surement avoir du mal à s'en remettre. Qui blamer ? L'étudiante? La SF encadrante ? Le service ?

    66
    Samedi 14 Mai 2011 à 14:49

    tinote: effectivement, tu as deviné ma réponse...;)

    MCSF: donner du c*****c et du doliprane, ce n'est pas pareil... à la sf de s'assurer que son élève le donne à la bonne patiente... quant à qui blâmer, je n'en sais rien...l'erreur est humaine mais dans ce cas-là elle est dramatique... mais comme le dit une puer, le BABA dans notre métier, c'est de vérifier l'identité... moi non plus je ne suis pas collée aux basques des étudiantes... mais c'est de notre responsabilité de s'assurer qu'elles ne font pas d'erreur...

    entendu aux infos ce midi, la femme témoignait: elle disait que l'étudiante lui avait donné les comprimés en disant que ça allait aider à dilater le col...

    67
    Nerf X
    Samedi 14 Mai 2011 à 15:13
    Nerf X

    Ma copine est étudiante en 1ere année de SF et ne pas vérifier l'identité de leur patiente en évalutation pratique est une faute de sécurité éliminatoire...

    J'vais pas commenter car l'erreur est humaine, mais qu'il y a un sacré drame derriere, pas le temps de dévellopper mon idée en tout cas rien a voir avec l'affaire montauban ou la c'est pas du tout la faute du personnel.

    En tout cas grosse pensée de soutien a la SF en charge de l'etudiante, au chef de service qui doit assumer derrière aussi, et éventuellement a l'étudiante selon si c'est une vrai erreur ou si elle faisait ca a la légère comme certains étudiants qui se fichent de faire des conneries puisque ils n'ont pas les responsabilités et qu'il savent que quelqu'un prendra pour eux au pire.

    Ma pauvre Knackie, en deux jour t'as du taff ^^

    68
    MCSF
    Samedi 14 Mai 2011 à 18:05

    Je ne me suis pas (assez) bien exprimée : c'était une réponse à ceux qui disait que ce n'était pas normal de laisser une étudiante seule.
    Pour le reste, je suis plutôt d'accord, reste à savoir depuis quand elle était là, ses objectifs de stage, la confiance qu'on avait en elle, comment la professionnelle lui a demandé de faire ça, etc...

    Par contre, je ne suis pas sûre qu'il y ait beaucoup d'étudiants en santé qui se fichent de faire des conneries, et même si la personne qui encadre en prend aussi pour son grade puisqu'elle endosse la pleine responsabilité, l'étudiant n'est pas blanchi : il prend avec, c'est bien pour ça que les étudiants aussi sont assurés ! 

    69
    Tinote
    Samedi 14 Mai 2011 à 18:08

    pis bon la question conscience doit être là quand même aussi... être responsable de la mort d'un bébé, qu'on se fiche de faire une connerie ou pas c'est pas rien... c'est pas comme si je ratais un bouquet pendant mon stage de fleuriste non plus...

    70
    MCSF
    Samedi 14 Mai 2011 à 18:21

    Ohhh que oui ! Ca doit briser une personne, ça !

    71
    MCSF
    Samedi 14 Mai 2011 à 18:23

    Au fait, au JT de midi, sur Canal, il y avait un sujet juste pour lier les faits divers aux revendications, qui s'appuyait sur l'article de La Dépêche.

    C'est pas trop tôt !!!

    72
    Samedi 14 Mai 2011 à 19:02

    par hasard,pas de lien pour le voir sur le net?

    73
    MCSF
    Samedi 14 Mai 2011 à 19:27

    Si sûrement : www.google.com

     

    74
    Samedi 14 Mai 2011 à 20:38

    ici , vers 14mn30...

    75
    naruta17
    Lundi 16 Mai 2011 à 22:49

    Oui c toujours pareil, un enfant se fait mordre par un chien, d'un coup il y en a un par semaine relaté par les médias...là les journalistes ont du être informés de la journée de grève du 12 du coup ça leur a donné l'idée de faire quelques recherches mais au lieu de faire leur boulot correctement, à savoir mettre en relation cette journée avec le reste ben on tombe dans le fait divers dramatique pour faire vendre

     

    Mais de toute façon une info chassant l'autre les sages-femmes, leurs revendications et le reste sont bien loin maintenant que notre directeur du FMI national est le héro d'un feuilleton policier américain...

     

    Il  y a tout de même un véritable problème de communication, on laisse passer l'information au plus grand nombre par des gens que ça n'intéresse pas et qui ne savent pas de quoi ils parlent, c'est affligeant!

     

    76
    ESFClaire
    Mardi 17 Mai 2011 à 21:06

    Suis nouvelle sur ce blog et je l'apprécie bcp :) 

    Mille fois merci pour ton décryptage très juste de cet article!

    J'ai trouvé ça et c'est pas mal:

     http://leplus.nouvelobs.com/contribution/985;sages-femmes-une-profession-en-lutte.html

    Bonne lecture! 

    77
    Jeudi 19 Mai 2011 à 22:22

    Pour l'article du nouvel obs, je trouve le terme "se farcir" 5 ans d'études très réducteur... Si on aime ce métier, on en apprécie les études, non?

    En plus il ne parle pas des maisons de naissance, aad, accompagnement global... Ni des tarifs sécurité sociale, etc.

    Pas très approfondi cet article... Surtout sur les revendications des familles et du métier lors de la manif du 12 mai.

     

    78
    Jeudi 19 Mai 2011 à 22:29

    reportage sur france 2 ce midi sur le manque d'effectifs en maternité...

    79
    ESFClaire
    Vendredi 20 Mai 2011 à 17:19

    Pour une fois qu'un article parlait des sages-femmes sans dire qu'on avait tué le bébé de Montauban... Il est plus fouillé que la plupart des articles de ces derniers jours meme s'il n'aborde pas la totalité des aspects de la profession. 

    Je pense c'est déjà mieux que rien.  

    80
    Tinote
    Vendredi 20 Mai 2011 à 18:56

    on faut pas non plus être parano et voir le mal partout. vu le ton de l'article c'est pas méchant d'avoir écrit "se farcir" ... si même les journalistes qui font un effort se font tacler ils vont vite retourner au sensationnel...

    81
    Jeudi 26 Mai 2011 à 10:42

    J'ai écrit un bouquin satirique sur la médecine et je crois connaitre les journalistes.  Ils détiennent largement le record de bêtise concernant l'évaluation de nos métiers. Dès que je vois un article de ce genre dans la presse, je fuis !

    82
    Nestane
    Jeudi 1er Septembre 2011 à 02:37

    j'ai accouché dans une maternité de niveau 3 il y a 8 mois la seule sage-femme à s'occuper des deux accouchements à vu arriver une femme sur le point de devenir mère ( d'un petit Milo ) et une future mère en plein " ratage" de déclenchement genre 7h avec ocytocine j'avais moins de contractions qu'avant ... loi de murphy oblige ma fille est née 20 minutes avant Milo... Merci l'équipe, elles ont géré ! 1 femme 1 sage-femme ça me paraît nettement mieux


     


    genre la sage -femme qui fait des allers-retours entre 2 pièce pendant l'expulsion ça fait peur et quand elle dit "oh merde" en entrant ton coeur s'arrête de battre ; et oui c'est normal que je soit totalement insensible là ce n'est pas moi que je touche c'est la tête de mon bébé ! même si tout s'est bien passé j'aurais moins paniqué à ce moment là en étant accompagnée .

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :